Weworld/Promotion de l’éducation: Le projet Apprendre II clôturé avec des acquis élogieux

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le projet Agir pour la promotion d’une école nouvelle pour les droits et la réussite des enfants (Apprendre) phase II financé par l’Ong internationale Weworld est arrivé à terme. Les acquis des trois années d’activités ont été présentés, ce mercredi 30 décembre, aux parties prenantes, toutes fières des résultats atteints et des impacts positifs du projet.

LIRE AUSSI:  23e journée du procès Icc-services: L’accusé Justin Dimon clame son innocence

1er octobre 2017-30 décembre 2020. Le projet Agir pour la promotion d’une école nouvelle pour les droits et la réussite des enfants (Apprendre) phase II ferme ses 39 mois d’activités. L’heure était au bilan ce mercredi, dernier jour de vie du projet. L’Ong internationale Weworld qui finance le projet a mobilisé toutes les parties prenantes pour passer en revue le chemin parcouru et les perspectives.

Occasion pour le chef projet Olympe Dossa de rappeler l’objectif général du projet à savoir contribuer à garantir l’accès aux droits fondamentaux des enfants de 10 villages des communes d’Akpro-Missérété et Avrankou dans l’Ouémé et Ifangni, Sakété, Kétou, Pobé et Adja-Ouèrè dans le Plateau. Le projet vise spécifiquement à renforcer les mécanismes scolaires et communautaires de promotion des droits des enfants dans les deux départements cibles.
Les réalisations du projet ont pris en compte trois volets à savoir Education, Protection de l’enfance et Santé Nutrition. Dans le secteur de l’Education, le projet a permis de construire ou de réfectionner des modules de classes et de latrines au profit des écoles maternelles notamment à Pobé et à Avrankou, de doter des écoles en petites tables et chaises ainsi qu’en matériels pédagogiques et ludiques. Le projet a eu également à son actif plusieurs autres acquis, notamment la mise en place de cours de rattrapage pour 195 enfants de Cm2 chaque année, le renforcement des capacités de 155 membres de l’Association des parents d’élèves (Ape) dans la gestion des écoles et le suivi des enfants.

LIRE AUSSI:  Suite à leur participation aux dernières élections: Les activistes politiques exclus du MAEP

En matière de Protection de l’enfance, Olympe Dossa évoque entre autres la réalisation de 60 campagnes de sensibilisation communautaire aux droits des enfants à la santé sexuelle et reproductive ; le renforcement des capacités de 215 enseignants sur la prévention des violations des droits des enfants ; la création de fonds au profit de 80 ménages en difficulté ; le retrait et la distribution de 1 015 actes de naissance aux enfants dépourvus de jugements dans les 10 écoles cibles. Revenant au volet Santé Nutrition, le projet a permis de réaliser un état des lieux sur la situation nutritionnelle des écoliers dans les écoles d’intervention, la distribution de 10 770 kg de farines enrichies au profit de 700 enfants en moyenne dans les écoles maternelles, la création de six jardins scolaires suivie de formation des comités de gestion et des femmes des groupements sur les techniques de mise en jardins et la réalisation de campagnes de déparasitage et de suivi de la croissance des enfants.

LIRE AUSSI:  Enseignement secondaire public dans le Borgou: Des élèves à retrograder pour falsification de notes

Vivement Apprendre III !

Le projet a par ailleurs réalisé des spots radio de sensibilisation sur la scolarisation et sur les thématiques de lutte contre le trafic des enfants, la maltraitance des enfants, les violences faites aux femmes, le mariage précoce. Il a aussi distribué plus de 5 000 cache-nez réutilisables aux apprenants des écoles cibles dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Weworld a été appuyé dans la mise en œuvre de ces trois volets par des Ong partenaires, en l’occurrence Fadec, Autre Vie et Played. Le représentant Pays de Weworld, Charline Corbier, se réjouit du bilan des réalisations présenté. Ce qui témoigne, à l’en croire, de toute la pertinence du projet. Elle a été davantage sidérée de constater que le projet a permis de booster le taux de réussite au Certificat d’études primaires (Cep) dans les 10 écoles cibles qui est passé de 70 % à 83,6 % sur les trois années. Mieux, le taux d’abandon scolaire a drastiquement chuté, passant de 15 % avant le début du projet à 8,36 % à la fin d’année scolaire 2019. « Les résultats préliminaires du projet sont encourageants et nous invitent d’autant plus à défendre cette approche et cette vision, pour le renouveler, voire l’étendre à des zones non ciblées jusqu’ici », promet la représentante Pays.
Le représentant du directeur départemental des Enseigne-ments maternel et primaire de l’Ouémé, Ambroise Dangbénon, souhaite vivement l’avènement de cette phase III du projet et son extension aux écoles non couvertes. Car, selon lui, c’est un projet complet qui sème le développement à la base et la promotion de l’éducation. Un constat que partagent les autres acteurs du projet, notamment les groupements de femmes et les écoliers bénéficiaires, qui réclament tous le renouvellement de l’initiative.