Visite des sites piscicoles du Provac-2 à Zè et Glo-Tokpa: Les bénéficiaires satisfaits des différents appuis

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


En marge du séminaire régional sur les résultats à mi-parcours du Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale en République du Bénin, phase 2 (Provac 2), les participants ont effectué, ce mercredi 4 mars, une descente sur les sites piscicoles des bénéficiaires des différents appuis. A Zè comme à Glo-Tokpa, les pisciculteurs clés et ordinaires ont salué les bienfaits du Provac-2.

LIRE AUSSI:  Pour viol sur mineure âgée de 10 ans: Barnabé Edou écope de 15 années de réclusion criminelle

« L’assistance technique du Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale en République du Bénin, phase 2 (Provac2), nous a permis non seulement d’améliorer notre production mais aussi de renforcer notre capacité à faire face à nos difficultés sur la ferme », a témoigné Arnold Gbéto, pisciculteur clé (Pc) et promoteur du site piscicole « La Joie Plus » de Zè, mercredi 4 mars lors de la visite des participants du séminaire régional sur les résultats à mi-parcours du Provac 2 en République du Bénin. Satisfait des avantages de ce projet, il n’a pas hésité à présenter les différents compartiments de sa ferme. De l’écloserie aux étangs d’engraissement en passant par les bassins, il a expliqué de bout en bout la plus-value de ce projet sur cette ferme créée depuis 2004. « Nous avons débuté avec des méthodes traditionnelles mais aujourd’hui, nous pouvons affirmer que grâce à l’appui du Provac, nous avons de meilleurs rendements », a-t-il affirmé. Octave Omer Hounsi, pisciculteur ordinaire (Po) de la troisième session de formation de Zè, se réjouit d’avoir bénéficié d’appui technique qui lui a permis d’améliorer la gestion de sa ferme. « J’utilisais par le passé des méthodes rudimentaires pour nourrir mes poissons mais aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé grâce au Provac-2 », a-t-il confié.

LIRE AUSSI:  Incivisme des gros porteurs sur l’axe Pahou-Tori: Jacques Ayadji lance un ultime avertissement

Les mérites de l’approche « fermier-à-fermier »

Afin de comprendre les résultats de l’approche « fermier-à-fermier » au Bénin, les visiteurs ont posé des questions aux Pisciculteurs ordinaires (Po) formés dans le cadre de ce projet. Laure Nanoukon, l’une des femmes Pisciculteurs ordinaires loue les mérites de cette approche. « Si les collègues ont des problèmes, ils les évoquent lors des séances et nous essayons de trouver des solutions », affirme-t-elle. Selon elle, cette méthode permet de partager les expériences pour mieux faire face aux difficultés. A Glo-Tokpa, dans la commune d’Abomey-Calavi, l’enthousiasme est le même sur le site « Robton Farm ». Ataroua Ali, Pisciculteur Clé salue l’accompagnement du Provac. A l’en croire, grâce ce projet, cette ferme dispose de 46 étangs de 200 à 500 mètres carrés, d’une écloserie équipée, des motopompes, d’une provenderie, de l’énergie permanente et d’une salle de séchage. La disponibilité permanente de l’eau sur ce site permet d’avoir un meilleur rendement. « Des silures fumées au four avec des techniques bien appropriées constituent une valeur ajoutée sur cette ferme», soutient Robert Nougbologni, co-promoteur de cette ferme. A l’en croire, l’impact de la phase 2 du projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale en République du Bénin est visible sur ce site. « Avec de meilleures pratiques, de meilleurs itinéraires techniques, nous n’avons pas d’autres choix que de bien faire les choses », a-t-il renchéri. Après avoir reconnu les avantages de l’approche « fermier-à-fermier », il a évoqué les autres connaissances acquises pour le développement de l’aquaculture.
Au terme de la visite, les membres de la délégation sont repartis plus requinqués pour aborder la troisième journée du séminaire consacré, ce jeudi 5 mars, à « l’augmentation de la production de l’aquaculture continentale » à travers un partenariat efficace avec le secteur privé en Afrique de l’Ouest.