Validation de la nomenclature des métiers artistiques au Bénin: Vers le renforcement du dispositif sectoriel

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Jean-Michel Abimbola, ministre de la Culture, du Tourisme et des Arts, a procédé, vendredi 18 septembre dernier à Cotonou, à l’ouverture de l’atelier de validation de la nomenclature des métiers artistiques et de la culture au Bénin. Etape importante de l’histoire des arts et de la culture, cet atelier constitue une occasion pour les acteurs de renforcer le dispositif national de structuration et d’organisation du secteur des arts et de la culture.

LIRE AUSSI:  1re édition du jeu-concours "Gbecenyo" à Abomey: Promouvoir la langue fongbé par les proverbes et la culture générale

Les acteurs du monde de la culture et des arts se sont réunis, vendredi 18 septembre dernier, pour discuter et s’accorder sur les métiers qui caractérisent les pratiques artistiques et culturelles au Bénin. C’est au cours d’un atelier qui leur a permis également de renforcer leur engagement sur le chantier des réformes structurelles dans le secteur des arts et de la culture.
Procédant à l’ouverture des travaux, le ministre de la Culture, du Tourisme et des Arts reconnait qu’au Bénin, les métiers artistiques sont peu ou mal structurés et surtout sous documentés alors que l’exercice a toujours occupé une place importante dans l’économie nationale. Elément, identitaire par ailleurs, Jean-Michel Abimbola note que ces métiers sont exercés par des hommes et des femmes et représentent pour les communautés, un véritable atout pour l’économie locale. Il ajoute que dans un contexte longtemps caractérisé par la prolifération des faitières, des groupes d’intérêt et l’inclusion d’autres corps de métiers, la confusion peut vite s’installer au sein des acteurs eux-mêmes, s’étendre aux pouvoirs publics et aux autres couches de la population qui ont du mal à reconnaitre par exemple la limite entre les métiers de la culture et ceux de l’artisanat. « Vous comprenez alors pourquoi le besoin de planification, d’encadrement administratif et règlementaire du secteur s’avère nécessaire avec une organisation beaucoup plus articulée et plus codifiée des métiers qui y sont exercés», s’adresse-t-il aux participants.

LIRE AUSSI:  6e édition de la nuit du pagne tissé: Aurélie Adam Soulé Zoumarou pour la promotion de l’artisanat béninois

Premier secteur de développement

Le ministre de la Culture, du Tourisme et des Arts précise que l’arsenal juridique en matière culturelle dont dispose le Bénin, notamment la loi N° 91-005 du 25 février 1991 portant charte culturelle en République du Bénin et le décret 2011-82 du 2 avril 2011 portant statut de l’artiste en République du Bénin, n’encadre ni l’identification ni la classification des métiers d’artistes. C’est pourquoi, souligne-t-il, la présente démarche de planification et d’harmonisation des métiers artistiques a été entreprise par le ministère du Tourisme et des Arts à travers la direction des Arts et du Livre. Jean-Michel Abimbola indique que pour y parvenir, il est apparu nécessaire d’élaborer un document de référence de la nomenclature des métiers artistiques qui permettra de répertorier l’ensemble des métiers artistiques exercés au Bénin et d’en donner une classification claire pour permettre une harmonisation et une simplification des terminologies à leur codification. Il précise que cette nomenclature a pris en compte les filières comme les arts de la scène, les arts visuels et numériques, le cinéma et le livre et cela mérite l’attention et la contribution de tous.
L’autorité ministérielle compte sur la qualité et la compétence des participants ; raison pour laquelle il les exhorte à une participation active et une étude approfondie du document à eux soumis afin de sortir de cet atelier, un véritable instrument de référence pour le secteur. Il reste tout de même persuadé que le secteur de la culture est le premier secteur de développement du Bénin.