Vacances numériques 2020: Les jeunes outillés sur les enjeux de l’intelligence artificielle

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation, a procédé, lundi 21 septembre dernier, au lancement de l’édition 2020 des vacances numériques, à Cotonou. Cette initiative de la Fondation Adrien Houngbédji pour le numérique, la jeunesse et l’intelligence artificielle vise à permettre aux jeunes élèves et étudiants des lycées et universités du Bénin de se familiariser avec les concepts et enjeux de l’intelligence artificielle.

LIRE AUSSI:  Cour constitutionnelle: Bref aperçu du parcours des sept nouveaux sages

Initiée par la Fondation Adrien Houngbédji pour le numérique, la jeunesse et l’intelligence artificielle, l’édition 2020 des vacances numériques a été lancée lundi 21 septembre à Cotonou, en présence de trois membres du gouvernement. Il s’agit d’Aurélien Agbénonci des Affaires étrangères, Alain Orounla de la Communication et Aurélie Adam Soulé Zoumarou du Numérique et de la Digitalisation.
A cette occasion, Eric Adja, président de l’Agence francophone pour l’Intelligence artificielle (Afria), s’est réjoui de la mobilisation autour de cette initiative dans un contexte où l’Intelligence artificielle (Ia) suscite la peur avec les robots qui prennent le contrôle des activités humaines. Pour lui, l’Ia est déjà présente dans notre quotidien à travers des applications exploitées dans l’agriculture de prévision, la gestion des catastrophes écologiques, l’économie et autres. La formation est l’un des piliers de cette mutation et c’est ce qui a conduit l’Afria à accompagner cette initiative. « L’Afrique ne doit pas rester en marge de cette révolution et il convient de faire du Bénin un pôle de l’Ia avec un laboratoire africain de l’Ia à Cotonou », a-t-il déclaré.
Alain Orounla, ministre de la Communication, admet que l’Ia est l’un des enjeux du 21e siècle combiné avec la robotique et l’éducation. Selon lui, la promotion de l’Ia est d’une nécessité absolue. Rappelant la vision du président de la République de faire du Bénin la plateforme numérique de l’Afrique de l’Ouest d’ici 2021, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation, pense que la jeunesse béninoise doit saisir cette opportunité pour se familiariser avec les concepts et enjeux de l’intelligence artificielle et percevoir les opportunités pour le développement de leurs études et projets d’entreprise ou de carrière. A l’en croire, l’Ia occupe une place de choix dans les préoccupations du gouvernement qui dispose d’une stratégie nationale autour de l’Ia. « Je me réjouis pour ce projet qui va initier nos jeunes à l’intelligence artificielle et les aider à comprendre cette révolution technologique », a-t-elle confié. Adrien Houngbédji, président de la Fahnjia, s’est dit heureux de la présence du gouvernement à ses côtés dans le cadre de cette activité qui vise à susciter l’intérêt des jeunes béninois pour les multiples innovations et la révolution technologique.

LIRE AUSSI:  Fronde sociale: Des enseignants du Mono en sit-in hier à la préfecture de Lokossa