Utilisation des véhicules administratifs à Cotonou et Abomey-Calavi: 16 véhicules en situation irrégulière arrêtés sur 109 arraisonnés

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La Direction du Garage central administratif (DGCA) a effectué, samedi 13 juin dernier à Cotonou et à Abomey-Calavi, une descente pour procéder au contrôle des véhicules administratifs pendant les week-ends. Cette sortie qui fait suite à celles initiées, il y a quelques jours à Bohicon et à Parakou, a une fois encore permis de constater l’obstination de certains utilisateurs à ne pas se conformer aux textes en vigueur sur la circulation desdits véhicules. Toutefois, il y a un signe encourageant traduit par une certaine baisse sensible du taux des véhicules qui ne sont pas en règle.

LIRE AUSSI:  Mécontentement dans le secteur justice:Le Syntra-Justice en grève de 72 heures dès ce jour

Malgré les contrôles inopinés que la Direction du Garage central administratif (DGCA) ne cesse d’organiser, des véhicules administratifs continuent de circuler au cours des week-ends, sur la plupart des axes routiers des grandes villes et autres localités du pays, sans Ordre de mission. En témoigne le point de la descente que cette direction a organisée, samedi 13 juin dernier à Cotonou et à Abomey-Calavi. Au total, elle y a installé 13 points de contrôle et sur 109 véhicules, 16 étaient en situation irrégulière, soit un taux de 14, 60%.

De la non-maîtrise des textes

En effet, si au niveau des carrefours «Le Bêlier», «Sobebra», «Dédokpo», «Jéricho BIBE», «Etoile Rouge», «Toyota», «Calavi Kpota», «Arconville Abomey-Calavi», «CEG Godomey» et «Séminaire Atrokpocodji», la moisson a été maigre, sur 23 véhicules arraisonnés par le groupe 6 positionné au niveau du carrefour «Godomey pisciculture», 12 n’étaient pas en règle. Provenant du MAEP, du MCRI, du MEMP, du MICPME, du MUHA, du ministère de l’Environnement, du MJDLH, du MESRS, de l’UAC, de la préfecture de l’Atlantique et du Littoral, de la mairie de Cotonou, du MCTIC, du ministère des Mines, du Trésor public, du ministère de l’Economie maritime, ils n’étaient pas munis d’ordres de mission et leur chauffeur, pour la plupart, roulaient sans permis de conduire, a fait remarquer le chef d’équipe, Hyppolite Djidjoho Hounsou. «Curieusement, il y a des directeurs et des doyens de l’UAC qui conduisaient eux-mêmes ces véhicules. Ce qui ne devrait pas être le cas. Ils ont le droit d’avoir un chauffeur appelé à être à bord avec eux. Si quelque chose arrive au véhicule, ce n’est pas à eux d’en répondre», a expliqué Hyppolite Djidjoho Hounsou. «Quand bien-même, ils étaient en faute, certains n’ont pas hésité à nous menacer. Et pourtant, les textes de la République sont clairs et qui plus est, on leur paye ce qu’il faut comme primes sur leurs salaires. En principe, ils ne doivent pas circuler avec les véhicules de plaques rouges. La plupart continuent d’ignorer que ce sont plutôt ceux à plaques bleues qui constituent des véhicules de fonction», a-t-il déploré. Les véhicules à plaques rouges ne devraient pas passer la nuit chez leur utilisateur. Par rapport à la suite, il a indiqué que les véhicules arrêtés seront conduits au Garage central. Ensuite, le directeur général du Matériel et de la Logistique rendra compte au ministre de l’Economie et des Finances, pour les décisions à prendre.

LIRE AUSSI:  Incendie occasionné par des feux de brousse à Comè: Trois véhicules réduits en cendres

Un taux en baisse

«Comparativement à ce que nous avons fait à Parakou et à Bohicon, nous constatons que le taux de véhicules en situation irrégulière est en baisse », s’est réjoui le directeur du Garage central administratif, Thomas Akomédi. Selon lui, en attendant la phase de répression, ce contrôle vise à sensibiliser les utilisateurs des véhicules administratifs. Il sera soutenu dans ses propos par le directeur général du Matériel et de la Logistique, Alfred Lambert Sama. S’agissant du taux en baisse, il a estimé qu’il est certainement le fruit des efforts de la sensibilisation menée jusque-là. Faisant constater qu’à Bohicon et à Parakou, ces taux étaient respectivement de 15% et de 10 à 11%, le directeur Alfred Lambert Sama a souhaité que cette baisse soit beaucoup plus accentuée. Il reconnaîtra, par ailleurs, que n’eut été le cas de « Godomey pisciculture », les 14,60% enregistrés à Cotonou ou et à Abomey-Calavi n’auraient pas été atteints. Le taux ne serait que de 4%. Aussi, a-t-il déploré l’attitude de certains à confondre les véhicules de pool avec des véhicules de fonction. «C’est contre les textes. Nous serons obligés de les vulgariser à nouveau, éditer des plaquettes, revenir à des notes circulaires pour rappeler les dispositions du décret qui encadrent l’utilisation des véhicules administratifs», a rassuré Alfred Lambert Sama.