Utilisation des technologies spatiales pour le développement durable: Télédétection et géoscience pour gérer l’environnement

Par ,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


L’Université d’Abomey-Calavi a abrité, ce jeudi 5 avril, une conférence publique dont les échanges ont tourné autour de l’utilisation des technologies spatiales pour le développement durable. Danielle Wood, professeur assistant de Mit Media Lab, Massachusetts institute of technology, a animé la communication principale.

LIRE AUSSI:  Audiences au palais de la Marina: Bientôt un centre-solutions aux changements climatiques à Cotonou

Dans le cadre de sa visite scientifique au Bénin, Danielle Wood, professeur assistant de Mit Media Lab, directeur de Space enable group Massachusetts institute of technology, a animé une conférence publique, ce jeudi 5 avril 2018 sur le campus d’Abomey-Calavi. Les échanges ont porté sur les applications de la télédétection et la géoscience pour la gestion des informations relatives à la surveillance en agriculture, des zones humides, des espèces envahissantes, de l’utilisation des terres, la pollution, la qualité de l’eau, l’inondation des terres et la gestion des bases de données pour une prise de décision par les décideurs.
Selon le recteur de l’université, professeur Maxime da Cruz, l’objectif de cette visite de Mme Wood au Bénin est de développer des axes de collaboration de recherche avec des équipes des laboratoires des universités nationales du Bénin. Pour lui, les axes de recherche de cette scientifique qui s’intéresse à un domaine de pointe les satellites,, portent sur comment utiliser la technologie spatiale pour le développement durable.
Selon Dr. Mouftaou Folha,
cofondateur de Green Keeper Africa et initiateur de la visite de Mme Wood au Bénin, cette conférence pourrait stimuler et inspirer. « C’est de voir une femme avec une expérience aussi importante dans le domaine », souligne-t-il en précisant, par ailleurs, que c’est une opportunité de développer des partenariats de recherches, mais également de développer un réseau qui va aider à développer des sujets et projets de recherche.
Dr. Ismaïla Toko Imorou, enseignant chercheur à l’Uac, se réjouit de cette rencontre qui a permis, selon ses dires, le partage des expériences et pourrait déboucher sur des partenariats. Mais, il affirme que le plus important pour le département de Géographie est d’utiliser les données satellitaires pour former les étudiants et les acteurs du développement local.
Pour Dr. Ousséni Pouna, enseignant à l’Université nationale des sciences, technologiques, ingénierie et mathématiques (Unistim), cette conférence est une opportunité pour les enseignants et les étudiants. Il explique que la télédétection a des applications qui peuvent permettre de réaliser beaucoup d’économie sur plusieurs études. Il cite les problèmes de l’environnement avec la déforestation et autres problèmes d’assainissement et d’urbanisation pour souligner que lorsque les scientifiques ont des données de télédétection avec la capacité d’un bon traitement, cela peut permettre de réaliser des gains d’économie aux pays. « Cela va nous éviter, en réalité, d’aller collecter les données sur le terrain. À partir des données de télédétection, notamment les images satellites, nous pouvons suivre l’état de notre environnement », a-t-il expliqué.

LIRE AUSSI:  Joseph Djogbénou : « Nos rues ne peuvent plus être exposées à l’expression de la foi »