Tournoi de scrabble de la Francophonie: Hervé Boni et Elrius Agbagan, vainqueurs de la compétition

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le tournoi de scrabble de la Francophonie organisée par l’Institut français de Cotonou en partenariat avec la Fédération béninoise de scrabble (Fébésc) s’est déroulé, samedi 17 mars dernier à l’Institut français de Cotonou. Après les sept rounds, les demi-finales et la finale, Hervé Ayodélé Boni, vient en tête de l’épreuve classique. Il a battu en finale Gevron Tchiakpè (2-1).

LIRE AUSSI:  Pratiques enseignantes: Des acteurs de l’éducation réfléchissent à Porto-Novo

C’est sur le même score que le match de classement a été remporté par Scharac Dada devant Moïse Sagbohan. Au terme de ce tournoi, on constate que la hiérarchie au plan national a été respectée. Car, Hervé Ayodélé Boni et Gevron Tchiakpè étaient respectivement troisième et sixième tandis que Scharac Dada et Moïse Sagbohan étaient huitième et quinzième au classement élite des derniers championnats nationaux à Parakou. L’épreuve duplicate a été remportée par Elrius Agbagan suivie de Vanessa Agbidinoukoun et de Kelly Boutamekpo respectivement deuxième et troisième.
Selon Rodrigue Ayena, juge arbitre de la Fédération béninoise de scrabble, la compétition a été d’un bon niveau car de grands scrabbleurs du Bénin étaient de la partie. Le directeur technique national de la Fédération, Joël Arsène Noumonvi, se réjouit que l’objectif de ce tournoi à savoir célébrer la Journée internationale de la Francophonie et contribuer à la promotion du scrabble, ait été atteint.
A la fin de la compétition, les trois meilleurs scrabbleurs dans chaque catégorie sont repartis avec des prix. Ainsi, Hervé Ayodélé Boni et Gevron Tchiakpè, Scharac Dada, le trio de tête la compétition classique ainsi qu’Elrius Agbagan, Vanessa Agbidinoukoun et Kelly Boutamekpo, vainqueurs de la catégorie duplicate, ont remporté des livres, des romans, et des dictionnaires.
Ch. H.

LIRE AUSSI:  Pratiques enseignantes: Des acteurs de l’éducation réfléchissent à Porto-Novo