Tournée statutaire du préfet de l’Atacora-Donga: La commune de Kérou alerte la tutelle sur son calvaire

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Tournée statutaire du préfet de l’Atacora-Donga: La commune de Kérou alerte la tutelle sur son calvaire

Au contact de l’administration communale de Kérou, dans le cadre de sa tournée statutaire annuelle dans les communes des départements de l’Atacora-Donga démarrée mardi 3 novembre dernier, le préfet Gervais N’dah Sékou s’est imprégné des réalités que vivent les populations de la Cité de Kpably Yako Yèrè. Des difficultés face auxquelles le Conseil communal sollicite l’appui de l’Etat central.

LIRE AUSSI:  Investissement dans le secteur cimentier: Le gouvernement impose une nouvelle convention à la Nocibe

Dégradation des voies d’accès à la commune, conflits frontaliers avec les communes sœurs de Banikoara, Péhunco et Gogounou, manque d’infrastructures de santé dignes de nom et de bureaux des services déconcentrés de l’Etat, pénurie d’eau et insuffisance d’énergie et d’enseignants dans les établissements scolaires…La liste des problèmes auxquels sont confrontées les populations de Kérou est loin d’être exhaustive et le maire Orou Barigui Sabi Masso n’est pas allé du dos de la cuillère pour dire toutes les attentes de ses administrés par rapport à cette tournée départementale dont l’objectif est de permettre à la tutelle de mieux s’imprégner des problèmes qui freinent le développement des populations à la base. Aux fins d’y apporter des solutions.

Accompagné des directeurs des services déconcentrés de l’Etat ainsi que des cadres de l’administration préfectorale, le préfet a justifié son déplacement par l’obligation qui lui est faite par la loi de rendre visite aux conseils communaux sous sa tutelle et aux populations dont l’objectif est de les écouter et de les aider à surmonter leurs difficultés en touchant du doigt les réalités qui ne sont guère mentionnées dans les rapports des différentes missions. C’est le cadre par excellence, a-t-il noté, d’échanger calmement et en profondeur de sujets préoccupants.
Déférant aux obligations de la tutelle vis-à-vis des Conseils communaux, Gervais N’dah Sékou a indiqué que les conseillers communaux doivent bénéficier de l’assistance-conseil et du contrôle de légalité des actes qu’ils posent dans la gestion des entités décentralisées. Il a insisté également sur la sécurité et a relevé que diriger une communauté est loin d’être une entreprise facile. Ceci pour inviter les maires à la patience, à la tolérance, au dialogue et à éviter les erreurs préjudiciables à la cohésion et à l’entente au sein des conseils.

LIRE AUSSI:  20e Assemblée ordinaire des ministres de la Santé de la Cedeao: Combattre les maladies endémiques et épidémiques

Des solutions annoncées

En matière d’élaboration du budget communal, Aristide N’tcha, chef service tutelle de la préfecture des départements de l’Atacora-Donga, a exhorté les conseillers communaux au respect scrupuleux des textes. En cette période où les budgets des communes sont conçus, l’appel à l’élaboration de budgets réalistes et tenant compte des réelles ressources mobilisables des entités décentralisées a été lancé par Prudence M’po, chargé de mission du préfet. S’agissant des problèmes évoqués au cours de la séance et qui appellent à des actions urgentes, les différents directeurs et responsables des structures décentralisées de l’Etat ont apporté des réponses. Le délestage qui trouve sa source dans les difficultés de la Communauté électrique du Bénin (CEB) à mettre à disposition des populations du pays l’énergie nécessaire à ses besoins, la pénurie de cartes de recharge des compteurs prépayés s’expliquent selon Georges Sotima, directeur départemental de la Société béninoise d’Energie électrique (SBEE) par les retards dans la livraison des commandes faites à l’extérieur avec toute la complexité des processus d’attribution des marchés publics. Aussi les ouvrages hérités de l’Agence béninoise d’électrification rurale (ABERME) sont-ils réceptionnés par la SBEE avec des équipements défectueux qui ne sont pas à garantir l’éclairage aux différentes localités où ils sont implantés.
Dans les secteurs de la santé et de l’éducation, assurance a été donnée aux communautés quant au déploiement d’agents susceptibles de suppléer à la pénurie de personnel qu’on y note. Des infrastructures également sont annoncées pour faire face au manque de salles de soins et des modules de classes.
La tournée statutaire du préfet s’est poursuivie, hier mercredi 4 novembre, avec la visite des conseils communaux de Ouassa-Péhunco et de Kouandé.