Tournée du chef de l’Etat dans les communes: Engagements tenus à Boukoumbé

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Quinzième commune visitée par le président Patrice Talon à l’occasion de sa tournée dans les communes, Boukoumbé. Dans l’histoire de la commune, le lundi 16 novembre est une date marquée d’une pierre blanche.

LIRE AUSSI:  Audiences à la Cour constitutionnelle: Le garde des sceaux et une délégation d’enseignants reçus

Faut-il continuer par appeler le chef de l’Etat par son nom, Patrice Talon, après sa visite dans la commune de Boukoumbé, lundi 16 novembre dernier ? Bonne question à se poser, après la cérémonie de baptême dont il a fait l’objet de la part de l’Union des femmes de la commune. Pour ces braves dames en particulier et pour les habitants de la cité des Tata en général, Patrice Talon est désormais « Oshabô ». Sur la signification de ce nom fortement ovationné, la clameur populaire, les chants et pas de danse qui ont suivi le baptême, témoignent qu’il s’agit là d’un nom fort et affectueux, sans doute pour traduire la joie de ces populations.
Boukoumbé est en effet l’une des premières communes à voir se concrétiser une promesse de campagne du candidat à l’élection présidentielle de 2016, Patrice Talon. Le président de la République leur avait en effet promis que la commune sera désenclavée, que la route Natitingou-Boukoumbé-Korontière sera réalisée. A peine 24 mois après, ceux qui en ont douté se rendent à l’évidence. Les populations jubilent face aux 60 kilomètres de bitume qui se déploie et offre au voyageur en direction de la cité des Tata aisance et plaisir. Toutes les commodités d’une route moderne y sont prévues et l’on peut à loisir, contempler la verdure qui s’associe au relief de cette région montagneuse.
La réalisation de cette route a tout changé dans la commune. Le maire Aldo Calixte N’dah
Kouagou manque de mots pour dire sa satisfaction. Cette route a constitué la solution idoine à l’enclavement de la commune dont les populations ont longtemps souffert et ses impacts sur les plans économique, sanitaire et social sont visibles, retient le maire.

LIRE AUSSI:  Cep 2018: Salimane Karimou lance les épreuves à Sori

Joie

Mais ce n’est pas que le bitume qui fait jubiler les habitants des Tata. Les femmes expriment leur joie quant à la disponibilité de l’eau potable. En plus des efforts déployés par le gouvernement, un château moderne y a été érigé par la première dame et grâce à cet ouvrage, l’eau ne peut plus jamais manquer dans la commune, assurent-elles.
Boukoumbé visitée par
Patrice Talon et sa délégation est une autre cité, parce que bien d’autres projets inhérents à la vie décente y ont été déployés dans les secteurs de l’électrification, de la santé, de l’éducation…
Décidées à assurer leur autonomie, ces femmes tendent la main au chef de l’Etat pour la satisfaction d’autres besoins. « Si vous avez la possibilité de nous offrir une unité moderne de transformation de fonio, vous feriez davantage notre bonheur», ont-elles fait savoir. C’est alors qu’elles en apprennent du président Patrice Talon sur la qualité de leur fonio. En bon consommateur de ce produit, il fera des confidences à ces braves dames dont il a loué le mérite, le travail et l’engagement à se surpasser pour assurer leur autonomie. Au regard de la chaleur qui a caractérisé les échanges entre le chef de l’Etat et les femmes, la séparation n’a pas été aisée. Mais, en ce cinquième jour de sa tournée, et à cette dernière étape dans le département de d’Atacora, le chef de l’Etat n’a eu autre choix que de prendre congé d’elles, le temps d’un bref repos pour reprendre dès le lendemain, mardi 17 novembre, son périple vers le département de la Donga.