Tournée du chef de l’Etat dans les communes: Bassila en synergie d’actions

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le président Patrice Talon a achevé la première partie de sa tournée dans les communes par Bassila, mardi 17 novembre en début d’après-midi. Comme aux étapes antérieures, il a écouté les populations et a eu avec elles des échanges francs sur ce qui est fait pour transformer le Bénin, mais aussi sur ce qui est planifié et qui se déploiera dans les mois et années à venir.

LIRE AUSSI:  Journée internationale de la liberté de Presse: Le professionnalisme médiatique, un défi selon Rafiatou Monrou

Bassila s’honore d’accueillir le président de la République. Sa population s’est fortement mobilisée, chantant et dansant pour lui souhaiter la bienvenue. Zachari Tassou n’en est que trop fier. Aubaine qu’il saisit pour vanter les atouts qui font de Bassila une terre bénie où presque tout pousse et où cultiver la terre est une passion.
Bassila, bastion de l’anacarde, est logée à une bonne place dans la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag). Elle bénéficie « des actions élogieuses », témoigne son maire. Ses femmes assurent petitement leur autonomisation avec le microcrédit Alafia. Dans le cadre de la réalisation de la route Dassa-Savalou-Djougou, elle bénéficie de trois bretelles. De nombreux autres projets du gouvernement impactent son quotidien.

Si ailleurs, l’eau potable coule et fait la joie des populations, à Bassila, les populations n’en jouissent pas vraiment, malgré sa disponibilité. Le maire Zachari Tassou a expliqué au chef de l’Etat que l’approvisionnement se révèle difficile et dans des localités comme Manigri où vivent plus de 25 000 âmes, la situation est encore plus critique. A la base de cette situation, les conduits d’eau détruits par l’entreprise en charge de travaux dans la zone.
Bassila manque d’infrastructures scolaires et d’enseignants au primaire et au secondaire. Le Ceg1 de la localité érigé depuis 1971 manque de laboratoire. Les populations souhaitent une route pour relier Bassila à Parakou. « Cette visite est une aubaine pour soumettre les besoins de la commune au chef de l’Etat », souligne pour sa part Alidjanatou Saliou-Arekpa, porte-parole des associations de développement.
Malgré ces attentes et les nombreux autres besoins qui sont les leurs, les populations de Bassila ne désespèrent pas. Bien au contraire, elles sont confiantes de ce que la gestion méthodique et rigoureuse qui a cours dans le pays depuis avril 2016 permet de changer le pays. «Des localités se transforment ; ce qui permet de montrer au monde entier nos capacités », salue Zachari Tassou, le maire. « Nous voulons être les acteurs de ce changement positif », suggère le maire qui souhaite d’ores et déjà un deuxième Programme d’action du gouvernement (Pag 2). Dans ce futur programme qu’il espère de tout cœur, il souhaite la réalisation de l’asphaltage dans la commune, le stade municipal, un marché central, la création d’un lycée technique moderne, une unité de transformation du cajou… « Bassila a décidé de construire avec le président Patrice Talon, notre beau pays, un Bénin fort uni et prospère ».

LIRE AUSSI:  Succession à la direction de publication de «La Nation»: Pour un héritage à l'épreuve du temps

Espoir…

Le président Patrice Talon a suivi avec attention l’adresse du maire. « Ce qui est important, c’est que nous avons mis en œuvre ce qu’il faut pour que dans les années à venir, notre pays se porte mieux», indique-t-il, expliquant aux populations que leurs besoins les plus importants et urgents commencent par avoir des solutions. « Tout ce qui nous manque, à tous,
commence à être vu commune après commune, région après région », souligne-t-il. Eau et électricité en milieu urbain et rural sont disponibles. « Maintenant, tout est lancé », soutient-il.
Le secteur de l’enseignement a été surtout au cœur de ses échanges avec les populations. Il leur a surtout expliqué les actions déployées par le gouvernement pour rehausser le niveau de l’enseignement. Malgré les moyens mobilisés et la volonté du gouvernement, le besoin en enseignants qualifiés est encore plus grand. « Notre rôle, c’est de faire face aux situations mêmes les plus graves… Nous avons attaqué ces problèmes », poursuit-il.
Après Savè, Tchaourou, Parakou, Kalalé, Nikki, Bembèrekè, Malanville, Banikoara, Kandi, Kérou, Kouandé, Natitingou, Matéri, Cobly, Boukoumbé, Djougou, Bassila est la 17e commune parcourue par le président Patrice Talon au cours de sa tournée dans les communes du pays. Un exercice auquel il s’est adonné avec engagement, foi, joie, même si à toutes les étapes, il n’a cessé de clamer son regret de ne pouvoir sentir davantage la chaleur des populations. « Je regrette de n’être pas venu plus tôt m’acquitter de cette obligation… Le quotidien a été tellement harassant », indique-t-il. Le respect des gestes barrières contre la maladie à coronavirus, le président Patrice Talon en a fait une exigence majeure. L’enthousiasme des populations à son égard sur tout le parcours était aussi grand. En effet, le chef de l’Etat a fait toute sa tournée par voie terrestre.