Théâtre: « Les trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir »

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun

Théatre scène

Le spectacle ne dure pas plus de 45 minutes. Sa fin laisse le spectateur quelque peu sur sa faim. Lui qui, sans doute, voulait en savoir un peu plus sur ‘‘Les trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir’’, titre d’une pièce de théâtre jouée il y a quelques jours à Lobozounkpa (Le Centre).

LIRE AUSSI:  Nouveau conflit de succession à Abomey: Les Agoli-Agbo se disputent le fauteuil de la lignée

Un jour comme tous les autres, Ernest, Stanislas et Désiré se réveillent de bonne humeur. Ils se chamaillent un peu mais pas plus que d’habitude. Arrive une lettre : « Aujourd’hui, c’est le dernier jour. Votre vie est finie.» Les trois petits vieux décident de faire comme si de rien n’était. Pas de lettre, pas de mauvaise nouvelle. Et puis d’abord, d’où vient-elle ? Qui est-ce qui décide ?
Et pourquoi aujourd’hui ? C’est tout simplement impossible. Les trois amis n’ont absolument pas le temps de mourir. Cette lettre bouleverse leur quotidien et marque le début d’une succession d’actions ; de questionnements autour de la mort, un mystère qui transcende toute certitude. Pourquoi mourir ?
D’où vient-on ? Où va-t- on ?
Sur scène, Casimir Agbla alias Dom-Dom, Réanatou Abdoulaye et Delphine Kanou. Le spectacle est créé vers la fin de 2018. Il a été joué pour la première fois au Niger sur le festival Émergence avant d’être présenté à l’Institut français de Cotonou, puis deux fois au Burkina Faso sur le festival la Ruche et Fitmo et à Lomé. Le spectacle était retenu pour les semaines culturelles béninoises en Allemagne mais le voyage n’a pu être effectué en raison de la pandémie du Covid-19, mais il est toujours en attente, selon l’un des comédiens. « En choisissant de créer la pièce ‘‘Les trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir…’’ nous avons voulu, avant tout, ne pas rester les bras croisés et voir les enfants souffrir du manque d’information et de communication des adultes », explique Casimir Agbla alias Dom-Dom.
La vie est une suite de questionnements que l’homme, depuis la nuit des temps, essaie de comprendre. Qui est-on? – D’où vient- on? – Où va-t-on ? – Pourquoi meurt-on ?… Ces questions qu’on ne finit pas de se poser. Ainsi pourrait-on résumer cette pièce qui rapporte les questionnements quotidiens de chaque humain. Les rires approbateurs, les applaudissements sporadiques du public constituent autant d’éléments qui témoignent que le public n’est pas en marge de la problématique de cette pièce. Doutes, inquiétudes, questionnements, joie et peine… Tout passe à travers cette « petite pièce » qui n’est autre qu’une suite de questionnements. La tenue scénique des trois comédiens laisse entrevoir des carrières prometteuses.
Si cette pièce a vu le jour, c’est parce que les trois comédiens faisaient partie de la même promotion, la quatrième (Thierry Pariente) à l’Ecole internationale de théâtre du Bénin. « Vers la fin de notre formation, sur demande de notre metteur en scène, nous devrions produire de petites formes de spectacles pour jouer dans les hôpitaux, les camps de réfugiés, les prisons pour mineurs au Niger. C’est de là que nous trois avions décidé de créer ce spectacle qui avait retenu notre attention. Après l’obtention de notre licence professionnelle en arts et techniques de théâtre, nous avons décidé de poursuivre », indique Dom-Dom.

LIRE AUSSI:  Théâtre: Le gong du Fitheb 2018 a résonné !