Tension socio-politique nationale : L’appel du médiateur de la République

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun s’est prononcé aussi sur la crise socio-politique nationale que traverse le Bénin ces dernières semaines. Il se joint à l’avalanche d’appels au calme pour inviter les différents protagonistes à la sagesse et à la tolérance. C’était à la faveur d’une déclaration qu’il a faite vendredi dernier au siège de son institution à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Développement du Bénin: Bopa prête pour la continuité de la dynamique en cours

Les appels au calme continuent de fuser, suite à la situation politique tendue ces dernières semaines au Bénin, consécutive à l’affaire de convocation judiciaire manquée du député Candide Azannaï. Le médiateur de la République, accusé à tort ou raison d’être resté inactif depuis le déclenchement de cette crise, est monté au créneau vendredi dernier. Dans une déclaration qu’il a faite à son bureau à Porto-Novo, Joseph Gnonlonfoun a invité les acteurs politiques et les élites politiques, toutes tendances confondues, à la culture de la tolérance et de la paix. Il a déploré tous ces débordements auxquels le Bénin a assistés ces dernières semaines et qui auraient pu être économisés si les protagonistes avaient fait preuve de sagesse. « Des pères et mères sont en train de pleurer et de gémir en ce moment à cause de ces évènements, à cause des propos qui ne devraient pas sortir de la bouche de nos élites politiques, à cause des actes qui ne devraient pas être posés par des acteurs politiques », déplore Joseph Gnonlonfoun. Il pense que des causes justes peuvent être plaidées et défendues dans le respect de l’autre avec beaucoup de responsabilité et dans un dialogue assuré et constructif. « L’ambition que chaque citoyen patriote nourrit pour notre pays doit être dans la concorde et la concertation permanente. Ce qui n’exclut pas des divergences d’approches dans certaines situations, le plus important étant de ne pas remettre en cause les fondamentaux de notre processus démocratique », poursuit-il.
A ceux qui lui reprochent d’être resté passif au temps fort de la crise, Joseph Gnonlonfoun répond que son institution n’est pas un sapeur-pompier. Et elle ne peut l’être. Son rôle consiste simplement à attirer l’attention des acteurs politiques sur leur historique. Le médiateur de la République informe que c’est ce qu’il a fait depuis toujours et surtout le 9 janvier 2015 à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an de son institution au chef de l’Etat. A l’occasion, Joseph Gnonlonfoun exhortait par anticipation devant un parterre d’hommes et femmes politiques, à une rentrée électorale apaisée en 2015. Il appelait les uns et les autres à faire en sorte que les élections législatives puis communales, municipales et locales de cette année, soient des moments de fête. Joseph Gnonlonfoun a regretté que son appel à la paix par anticipation, n’ait pas été entendu comme cela se doit.
Malgré cela, le médiateur de la République dit qu’il n’est pas resté sans réaction contrairement à ce que certains pensent. Il dit avoir opté pour des actions sous-marines pour calmer le jeu. Joseph Gnonlonfoun confie avoir pris des contacts avec tels ou tels chefs religieux et politiques pour éteindre le feu. « L’essentiel pour le médiateur de la République, c’est d’éviter de faire le jeu de quelque partie ou parti que ce soit », souligne-il, avant de souhaiter que l’accalmie observée actuellement se consolide davantage pour la paix au Bénin.

LIRE AUSSI:  Tension sociale à la société sucrière de Savè: Lazare Sèhouéto dénoue la crise