TEC/CEDEAO et accord de partenariat économique (APE): Les acteurs économiques du Borgou-Alibori sensibilisés

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Une séance de sensibilisation sur le Tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO et l’Accord de partenariat économique (APE) entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union Européenne s’est tenue hier mercredi 5 août au Centre Guy Riobé à Parakou. Opérateurs économiques, membres de la Société civile, cadres des services déconcentrés de l’administration publique dans le Borgou-Alibori ont été informés à l’occasion du contenu de ces instruments et des enjeux qu’ils imposent dans un contexte d’ouverture des économies de la sous-région à l’Europe.

LIRE AUSSI:  Fonds d’appui au développement des médias: Les membres du Comité de gestion installés

Organisés par la direction de l’Intégration régionale du ministère en charge de l’Economie et des Finances, les échanges sont ouverts sous la houlette de Daniel Zinsou Tchékounou. A en croire le représentant du ministre, le TEC de la CEDEAO devenu une réalité et entré en vigueur depuis le 1er janvier dernier, constitue la référence à partir de laquelle s’effectuera le démantèlement tarifaire dans les échanges entre les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union Européenne. Il comporte l’ensemble des droits et taxes applicables vis-à-vis de l’extérieur et sa mise en place devrait sonner la fin des différences tarifaires entre les Etats membres de la communauté. Le TEC, précise-t-il, est composé de 5.899 lignes tarifaires, classées dans quatre catégories avec des taux variant de 0% à 35%. C’est aussi des mesures de protection complémentaires, à savoir la Taxe d’ajustement à l’importation (TAI) et la Taxe complémentaire de protection (TCP), ajoute Daniel Zinsou Tchékounou.
Au cours des travaux, les participants ont été également mis au courant des derniers développements de l’APE qui, avec le TEC, devront permettre l’ouverture et l’ancrage du marché ouest-africain au marché international d’une part, et l’avènement d’une union douanière dans la sous-région d’autre part.

LIRE AUSSI:  Débat budgétaire 2019 en commission au Parlement: Les budgets de la Céna et de quatre ministères au peigne fin

Claude Urbain PLAGBETO, A/R Borgou-Alibori