Tabaski 2016: La soumission et la fraternité prêchées à Lokossa

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les fidèles musulmans de Lokossa ne sont pas restés en marge, lundi 12 septembre, de la fête d’Aïd El kébir. Et pour le compte de cette édition 2016, marquée par la morosité économique, les prêches ont insisté sur la soumission et la fraternité avant de donner lieu à l’immolation des moutons.

LIRE AUSSI:  Accès à l’eau potable dans la commune de Bopa: De l’eau potable pour soulager les populations de Hêgo

Si fête de Tabaski rime avec immolation des moutons, c’est dans le quartier Zongo à Lokossa que l’illustration de ce symbole, cette année, a eu lieu. Une dizaine de cet animal a été immolée, non loin de la mosquée sous la supervision du commanditaire, le chef religieux Abdou Nouhou alias Babavi. Un tour dans la ville, révèle que seulement quelques rares fidèles ont pu sacrifier à la tradition. Au nombre des raisons expliquant cette situation, Malick Taïrou et certains fidèles pointent la morosité économique et le coût élevé des moutons sur le marché. Toutefois, ces derniers ne perdent pas l’espoir de se rattraper dans les jours à venir.

L’immolation de bélier apparaît comme l’acte majeur de cette célébration ainsi que l’ont relevé les prêches du jour. Symbole de soumission à Allah, l’historique de ce rituel et les bénédictions qui en découlent seront rappelées par l’imam Abdoulaye Torhir à travers la Sourate “Ou Touba Aïd Kebir” à la Place Idi située à l’entrée de la ville de Lokossa. Les prières qui ont précédées l’acte d’immolation proprement dit, ont porté sur la nécessité de se soumettre pendant toute sa vie à Allah, avant d’implorer la clémence de celui-ci pour la paix sur le Bénin, le succès pour les actions entreprises par les autorités, les grâces d’un pèlerinage réussi aux Béninois à la Mecque. Les festivités à ce niveau ont enregistré la présence du préfet du Mono, Komlan Zinsou et celle du directeur régional de la Police nationale.
La communauté des fidèles ayant prié sur la Place Idi de Zongo sont eux-aussi restés dans la même intention. Leur chef religieux, Abdou Nouhou alias Babavi a surtout mis l’accent sur les vertus de fraternité et de solidarité, utiles au développement du pays et pour sortir de la morosité ambiante. « Nous devons rester en prières pour une solution à la crise qui frappe notamment le Nigeria et dont les répercussions ne sont pas sans lien avec l’austérité observée au Bénin. Il nous faut développer la fraternité entre nous citoyens et la patience», dira-t-il?

LIRE AUSSI:  Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme: Le Parlement renforce bientôt la législation béninoise