Systèmes de paiement de l’Uemoa: Hausse des indicateurs d’activité au titre de 2019

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


La Bceao poursuit sa dynamique de renforcer la sécurisation, la surveillance et l’impact inclusif des systèmes et moyens de paiement. La hausse de certains indicateurs d’activité au cours de 2019 augure du succès dans la mise en place de systèmes de paiement sûrs et accessibles dans l’Uemoa.

LIRE AUSSI:  Fourniture d'énergie électrique-Fourniture d’énergie électrique: La centrale 127 MW de Maria-Gléta 2 inaugurée demain

Au 31 décembre 2019, le fonctionnement des systèmes de paiement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) est demeuré satisfaisant avec une orientation à la hausse de certains indicateurs d’activité, selon le Rapport 2019 de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). Le document rendu public il y a quelques jours indique que le Système de transfert automatisé et de règlement dans l’Union (Star-Uemoa) comptait à cette date, 136 participants contre 132 l’année précédente. Le nombre d’opérations réglées est ressorti à 1 211 158 pour une valeur de 620 798 milliards de F Cfa, soit une hausse de 31,02 % et 21,35 % respectivement en volume et en valeur par rapport à l’année 2018 (924 404 opérations pour une valeur de 511 588 milliards de F Cfa).
Les échanges inter-pays se sont établis à 55 264 milliards de F Cfa en 2019, ressortant ainsi à 8,9 % de la valeur globale des opérations traitées. Par rapport à l’année précédente, on note une évolution favorable de 57,36 % en valeur des opérations inter-pays, selon la Bceao qui s’emploie à « doter l’Uemoa de systèmes de paiement sûrs, efficients et accessibles sur la base de critères transparents, et de mettre à la disposition des agents économiques des moyens de paiement modernes et de faibles coûts ».
En fait, outre la promotion des systèmes de paiement conformes aux normes internationales en la matière, l’institution d’émission entend permettre l’usage des systèmes de paiement par une plus large frange d’agents économiques et mettre à la disposition des populations des instruments de paiement adaptés à leurs besoins. Ainsi, à fin 2019, le Système interbancaire de compensation automatisé de l’Uemoa (Sica-Uemoa) comptait 144 participants contre 140 en 2018, parmi lesquels les banques, la Bceao ainsi que les Trésors publics du Bénin, du Burkina, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger et du Sénégal. Le volume des échanges s’est établi à
16 052 079 opérations pour un montant de 54 515 milliards de F Cfa, selon la Banque centrale.

LIRE AUSSI:  Productivité agricole: Des films polyéthylènes accroissent le rendement de l’ananas

Télé-compensation

Avec le Sica-Uemoa, le volume des paiements compensés a connu une augmentation de 7,08 %, même si en termes de valeur, on note une baisse de 5,74 % par rapport à 2018. Le rapport de la Bceao mentionne que la croissance de la valeur des opérations compensées a été particulièrement dynamique au Togo (+21,49 %), au Burkina (+13,20 %) et au niveau sous-régional (+22,16 %).
Quant aux échanges inter-pays, ils constituent 1,78 % de la valeur globale des transactions de l’Union en 2019 contre 1,46 % en 2018. Au titre de la répartition des supports de paiements traités dans le système de télé-compensation, la part relative en volume des virements est ressortie en hausse de 14,06 % tandis que les effets de commerce ont enregistré une régression de 4,93 %. Au cours de la période sous revue, les virements ont représenté 46,73 % des échanges et les chèques 52 % contre respectivement 43,02 % et 55,65 % en 2018, confirmant une tendance haussière des virements au détriment des chèques observée ces trois dernières années. La valeur des échanges par chèque est passée de 76,22 % en 2018 à 78,87 % en 2019. Toutes choses qui encouragent l’institution d’émission dans sa perspective de modernisation continue des systèmes et moyens de paiement dans la sous-région.