Synode général de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin: Réformer le ministère après l’union retrouvée

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Synode général de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin

L’Eglise protestante méthodiste du Bénin (Epmb) tient du 19 au 25 février, son synode général pour faire le bilan des activités de 2017 et se fixer de nouveaux défis pour 2018. Après la session pastorale, les travaux se sont poursuivis, ce mercredi 22 février, sur la paroisse Cité de Grâce de Porto-Novo avec la session représentative regroupant les pasteurs et les délégués des laïcs de l’église.

LIRE AUSSI:  Commune de Bembèrèkè: Le vote de défiance à l’encontre du maire prévu pour lundi prochain

L’année 2018 est une année de réformes sur plusieurs plans pour l’Eglise protestante méthodiste du Bénin (Epmb). Celles-ci visent à donner un visage nouveau à cette église et imprimer une gouvernance plus rigoureuse. Le président de l’Epmb, le révérend pasteur Amos Kponjésu Hounsa, a annoncé ses ambitions, ce jeudi 22 février, à l’occasion de l’ouverture des travaux de la session représentative du synode général de l’église. 

Selon lui, ce synode général se veut un moment de bilan, d’analyse et de perspective pour l’église. Les travaux auxquels prennent part tous les pasteurs et des délégués des fidèles laïcs venus des quatre coins du Bénin accoucheront de plusieurs réformes pour consolider les bases de cette église désormais réunifiée et réconciliée avec elle-même. Le révérend pasteur annonce dans cette perspective l’urgence pour l’église de faire des réformes sur les plans administratif et institutionnel, afin d’actualiser certaines pratiques en vogue depuis des décennies pour le bonheur des communautés et permettre à la couche juvénile de la nation de se retrouver intégralement dans l’église.
Au cours des travaux, les participants auront à adopter des manuels de procédure, à réviser des règlements de gestion des institutions, des codes déontologique et liturgique afin de revoir certaines façons de célébrer les cultes et d’arrimer certains comportements au sein de l’église aux réalités contemporaines. C’est dire que les travaux du synode général sont très décisif pour l’avenir de l’Epmb. Le révérend pasteur n’a pas manqué de décerner la palme d’or de cette unité retrouvée au chef de l’Etat, Patrice Talon, pour son investissement personnel et par qui Dieu est passé pour favoriser la résolution de cette crise. Il annonce l’érection d’un mémorial à la cité Béthanie de Cotonou vers la fin du mois de mars prochain pour matérialiser la réconciliation et la réunification de l’église. Autres actions prévues au cours de cette année 2018, le révérend pasteur Amos Kponjesu Hounsa prévoit de poursuivre en Europe ses tournées qui l’ont déjà conduit vers les partenaires de l’église, au plan national et en Afrique, afin d’échanger avec eux sur la situation de l’Epmb réconciliée et réunifiée.

LIRE AUSSI:  Négociations gouvernement-Centrales et confédérations syndicales: Les défalcations pour fait de grève compromettent l’issue de la crise

Une paix encore fragile

Le président de l’Epmb invite les uns et les autres à l’assiduité aux travaux de ce synode général qui a pour thème : « La réconciliation : un ministère au service du développement de l’église ». Le choix de ce thème vise à réaffirmer, une fois encore, la volonté constante de l’église de se réconcilier avec elle-même tant au niveau individuel qu’au niveau collectif. Ceci est d’autant plus impérieux que des velléités de division existent encore au sein de l’église, fait remarquer le pasteur Marcellin Dossou, recteur de l’Université protestante de l’Afrique de l’Ouest (Upao). Selon lui, il existe certaines mauvaises pratiques qui ont cours encore au sein de l’église tels que le règne du pouvoir d’argent, le culte de la personnalité et la vente des indulgences comme l’huile d’olive, le sel et l’eau aux fidèles, toutes choses qui constituent des menaces à la paix et à l’unité retrouvées. Des dénonciations qu’approuve le vice-président de l’Epmb, David Kpessou-Dossa qui appelle tous les pasteurs et les fidèles à œuvrer ensemble pour pérenniser cette réconciliation. « Nous sommes assis côte à côte mais nous ne sommes pas encore complètement ensemble », fait-il savoir pour montrer combien la paix est encore fragile.
Tour à tour, les représentants des églises protestantes méthodistes sœurs du Nigeria, du Ghana, du Togo, du Cameroun, de la Grande Bretagne ainsi que ceux des différents organismes internes de l’Epmb se sont succédé au pupitre pour louer cette réunification et l’organisation de ce synode général. Lequel a été rehaussé par la présence du président du Conseil économique et social, Augustin Tabé Gbian, fidèle de cette église?