Surveillance des réserves de faune des parcs nationaux :Des écogardes s’outillent pour mieux lutter contre le braconnage

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


La directrice générale du Centre national de gestion des réserves de faune (CENAGREF), Okpè Charlotte Djègui Okoundé, a procédé lundi 10 août dernier à Kandi, à l’ouverture d’un programme de recyclage des écogardes des parcs nationaux de la Pendjari et du W. La formation porte sur les nouvelles techniques de lutte anti-braconnage.

LIRE AUSSI:  Interdiction des sachets plastiques non biodégradables: L’inaction cautionne un marché de dupes

« Etablir et renforcer les bases physiques, intellectuelles, techniques et morales d’un nouveau départ pour une plus grande efficacité de la surveillance des réserves de faune », c’est le but visé à travers le programme de recyclage initié du 10 au 14 août prochain au profit des écogardes des parcs nationaux de la Pendjari et du W. Une vingtaine de garde-faune et une quinzaine d’agents forestiers sont concernés par cette formation initiée par le Projet d’appui à la gestion des aires protégées (PAGAP) et qui se déroule sous la houlette des experts du Centre d’études, de recherches forestières et de formation (CERF) : Rémy Houéhounha, Honoré Sambéni, Tanguy Hounnou, Zinsou Dèdonougbo, Isidore Amahohoué.

Chargés de veiller à la réduction de la pression anthropique sur les ressources naturelles, les participants s’aguerrissent pour mieux faire face à la recrudescence du braconnage et de l’aggravation du phénomène de l’exploitation illicite des essences forestières des parcs nationaux de la Pendjari et du W. En effet, « Les mesures prises pour endiguer ou enrayer ces fléaux majeurs, notamment l’organisation de patrouilles interarmes, n’auraient pas été suffisantes puisque les délits forestiers continuent d’être enregistrés parfois avec plus d’acuité », se désole la directrice générale du Centre national de gestion des réserves de faune (CENAGREF), Okpè Charlotte Djègui Okoundé. Au bout de cinq jours de formation, les participants agents en formation, verront leurs capacités actualisées et renforcées, espère-t-elle.
Dans le vif du sujet, indique Jean-Baptiste Baimey, représentant le PAGAP, les missions, rôles, responsabilités et activités des écogardes seront rappelés aux stagiaires. Aussi, seront-ils initiés à la correspondance militaire et à la rédaction des procès-verbaux, au droit pénal général, au démontage et au remontage des armes utilisées, à l’étude des soins à prendre en cas de blessure, de morsure de serpent, à la tactique de camouflage, de patrouille de routine, de reconnaissance, à la conception des stratégies, la pratique de la planification des missions de surveillance. Les techniques de l’enquête et des recherches : infiltration, perquisition, saisie et fouilles, l’utilisation de la boussole et du GPS, des techniques de self-défense face aux agresseurs, de corps-à-corps, sont également au menu de la formation qui se déroule sur le site touristique des éléphants d’Alfakoara à Kandi et qui prend fin vendredi prochain.

LIRE AUSSI:  Protection des côtes: Les réalisations du Bénin mises en relief