Succession à la direction de publication de «La Nation»: Pour un héritage à l’épreuve du temps

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Née le 2 mai 1990, « La Nation » a, à travers le temps et l’espace, toujours su s’adapter au goût du jour, en faisant honneur à son statut de journal de référence. C’est un défi que les différentes équipes chargées de sa confection se sont employées jusqu’ici à relever.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le paludisme: L’opération de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées lancée

Ayant aujourd’hui à charge la direction de publication de «La Nation», Edgard Sanvi Couao-Zotti, tel le gardien du temple, soutenu par les journalistes de la rédaction, gère avec les membres de son équipe de confection, l’héritage que ses aînés lui ont laissé. C’est en juin 2010, qu’il s’est vu, pour la première fois, confié ce poste avec comme rédacteur en chef à ses côtés, Sabin Loumèdjinon, secrétaire de rédaction, Bruno Sèwadé et secrétaire de rédaction adjoint, Gnona Afangbédji. Entre temps, Gnona Afangbédji, sollicité pour une autre mission, sera remplacé par Thibaut Nagnonhou. Pour donner une autre dynamique à son équipe, Edgard Sanvi Couao-Zotti procédera en septembre 2012, à un réaménagement technique. Ainsi, à partir du 2 novembre 2012 Bruno Sèwadé se verra confié le poste de rédacteur en chef, au moment où, Maurille Gnassounou, descendu de l’antenne régionale du journal dans le Borgou-Alibori, prendra le secrétariat de rédaction et Thibaut Nagnonhou confirmé comme secrétaire de rédaction adjoint. Confirmé pour un second mandat, Edgard Sanvi Couao-Zotti reconduira son équipe, avant que Thibaut Nagnonhou appelé désormais à diriger l’antenne régionale de l’Ouémé-Plateau, ne soit remplacé le 30 décembre 2014, par Josué Mêhouénou.

LIRE AUSSI:  Département du Zou : Le préfet interdit la consommation de la Chicha

Avant Edgard Sanvi Couao-Zotti, c’est Reine Azifan Sagbo qui était aux commandes, à la suite de sa nomination en Conseil des ministres le 24 août 2006, suite aux propositions faites par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), et prendra service le lundi 4 septembre 2006. Au premier abord, elle a eu comme rédacteur en chef, secrétaire de rédaction, secrétaire de rédaction adjoint, respectivement Hubert O. Akponikpè, Wilfried Léandre Houngbédji et Valentin Sovidé. Entre temps, Hubert O. Akponikpè sera remplacé par Edgard Sanvi Couao-Zotti qui finalement, passera à son tour le témoin à Sabin Loumèdjinon. Par la suite, Bruno Sèwadé prendra la place de Wilfried Léandre Houngbédji, avant que Maurille Gnassounou qui entre temps, avait été sollicité pour suppléer Valentin Sovidé, ne vienne à son tour lui succéder. Claude Urbain Plagbéto deviendra donc l’adjoint du secrétaire de rédaction Maurille Gnassounou, avec Sabin Loumédjinon comme rédacteur en chef jusqu’à la fin du mandat de Reine Azifan Sagbo, en juin 2010.

Au bout de l’ancienne corde, la nouvelle

C’est Akuété Assèvi qui, entre temps, avait passé le témoin à Reine Azifan Sagbo à la direction de publication. Lui-même y a été nommé le mercredi 15 mai 2002, suite à un appel à candidatures, le premier lancé par la HAAC pour pourvoir au poste de directeur de publication du journal de service public « La Nation ». C’était pour remplacer Innocent Adjaho, administrateur provisoire de l’Office national d’édition, de Presse et d’Imprimerie (ONEPI) devenu Office national d’Imprimerie et de Presse (ONIP). A l’époque, Innocent Adjaho était aussi le responsable à la publication. Il l’aura été depuis sa prise de fonction le 25 juillet 1991 jusqu’au vendredi 31 mai 2002, jour où il a passé service à Assévi Akuétè. En son temps, le rédacteur en chef et le secrétaire de rédaction étaient élus. Au terme de leur mandat de deux ans, il était procédé à leur renouvellement. Au moment où Innocent Adjaho quittait ses fonctions de responsable à la publication, feu Alfred Ahounou et Pothin Gnanvi occupaient respectivement lesdits postes.
A sa prise de fonction, Akuété Assévi a eu comme rédacteur en chef, Léon Brathier. Edgard Sanvi Couao-Zotti et Romuald Binazon étaient respectivement secrétaire de rédaction et secrétaire de rédaction adjoint. Léon Brathier ayant été admis à faire valoir ses droits à la retraite, le poste de rédacteur en chef restera vacant pendant un certain temps. Suivra entre temps la démission de Romuald Binazon. Ce qui obligera alors Assévi Akuétè à remanier son équipe de confection du journal. Edgard Sanvi Couao-Zotti deviendra alors le rédacteur en chef, Sabin Loumédjinon, le secrétaire de rédaction et Valentin Sovidé, son adjoint.
Qu’il s’agisse de Innocent Adjaho, Assévi Akuété, Reine Azifan Sagbo et actuellement Edgard Sanvi Couao-Zotti, tous se sont appliqués avec les membres de leurs équipes de confection, à travailler pour la sauvegarde du prestige du journal «La Nation » au Bénin et dans la sous-région. Fort de leurs expériences et de leur détermination, ils se sont donnés comme sacerdoce de faire de cet organe de service public, un journal de référence, attrayant et accessible à tous. Sous la houlette de l’actuel directeur de publication Edgard Sanvi Couao-Zotti, des innovations et améliorations ont été apportées au journal afin qu’il soit ou continue d’être le reflet du pluralisme politique au Bénin, mais aussi et surtout un journal de référence.