Soutenance de thèse sur les machines à absorption solaire: L’usage des énergies alternatives comme une priorité

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Constant Agnimoan Alihonou a soutenu brillamment sa thèse de doctorat, mercredi 18 décembre dernier, devant un jury international de six membres à l’Université d’Abomey-Calavi. Il entre ainsi dans le rang des docteurs de l’Université avec une mention très bien. Sa thèse, plus que d’actualité, se penche sur l’utilisation des machines à absorption solaire comme une alternative à l’énergie électrique dans un contexte de changement climatique.

LIRE AUSSI:  Epreuves orale et sportive du Bepc: 2263 candidats admissibles composent au CEG Gbégamey


L’Université d’Abomey-Calavi a enregistré un nouveau docteur, mercredi 18 décembre dernier. Constant
Agnimoan Alihonou a soutenu sa thèse dans la spécialité ‘’Energétique et environnement’’ et obtenu le grade de docteur de l’Université d’Abomey-Calavi au terme de sa présentation. Sa thèse intitulée «Etude paramétrique et analyse énergétique des machines à absorption solaire dans les conditions climatiques du Bénin » est une approche en alternative aux problèmes d’énergie électrique récurrents que l’humanité rencontre. « L’humanité fait face au problème d’énergie avec les effets pervers des changements climatiques. L’énergie électrique est insuffisante. A Cotonou comme dans les villes annexes, tout le monde ne dispose pas d’électricité. Même ceux qui en ont n’arrivent pas à en jouir proprement », a-t-il indiqué. Dans ce même contexte, plusieurs bâtiments disposent de climatisation pour leur confort, malgré le faible taux d’énergie électrique. Sa thèse a pris en compte les machines frigorifiques qui aident à avoir le confort dans les maisons, en s’intéressant à la possibilité d’utiliser d’autres systèmes de climatisation pour avoir le confort total dans les bâtiments sans utiliser l’énergie conventionnelle de la Société béninoise d’énergie électrique ou provenant de la Communauté électrique du Bénin (Ceb).
« Nous avons fait l’étude sur les machines à absorption solaire qui fonctionnent grâce à l’énergie solaire. Ce n’est pas l’énergie solaire qu’elles utilisent directement. Il y a un processus d’utilisation des capteurs solaires qui fait fonctionner ces machines », a expliqué l’impétrant. Le Bénin, d’après lui, est favorable à l’utilisation de cette machine. Car, dans sa recherche, il a découvert que cette machine peut être utilisée au Bénin à travers la réalisation d’un prototype de capteur plan solaire qu’il a dit avoir expérimenté sur un site à Lokossa pour voir sa performance. « Nous avons constaté que ce capteur peut fournir de l’énergie calorifique ou soit la température de fonctionnement normale de ces machines à absorption solaire pour obtenir un confort thermique dans les bâtiments », rassure-t-il.

LIRE AUSSI:  Année scolaire 2016-2017: Les résultats seront-ils différents de ceux que nous venons de connaître ?

Perspectives de recherche

L’impétrant n’a pas la prétention d’avoir totalement terminé ses recherches. « Dans les travaux futurs, nous pensons réaliser les différents éléments constitutifs de ces machines de climatisation solaire, vu que nous avons réalisé le capteur plan solaire. Une fois que ces éléments seront réalisés, nous allons les constituer et réaliser une machine à absorption solaire, un prototype, made in Bénin qui pourra fonctionner dans nos conditions climatiques. Ensuite, nous verrons comment viabiliser cette réalisation et la mettre à la disposition de ceux qui en veulent», a suggéré Constant Alihonou, selon qui, il y a une corrélation entre sa thèse et les changements climatiques. Puisque, dit-il, l’énergie électrique utilisée dans les ménages ne provient pas totalement des barrages hydroélectriques. Certains pays utilisent de l’uranium, du gaz… qui font partie des combustibles fossiles. Laquelle énergie fossile va disparaître dans deux cents ans, selon les chercheurs. Il faudra penser à une source d’énergie alternative dès maintenant et commencer à l’utiliser avant cette échéance.
Sa directrice de thèse, Dr Clotilde T. Guidi, maître de conférences de l’Université d’Abomey-Calavi, a rassuré de la mise en place de la machine à absorption solaire pour régler les problèmes de réchauffement climatique. Rappelons que le jury a été présidé par Dr Antoine Vianou, professeur titulaire de l’Université d’Abomey-Calavi avec pour rapporteurs Dr Dorothé Azilinon, professeur titulaire de l’Université Cheikh Anta Diop, Dr Magolmèèna Banna, professeur titulaire de l’Université de Lomé. Les examinateurs sont Dr Emile Sanya, professeur titulaire de l’Université nationale des sciences, technologies, ingénierie et mathématique du Bénin et Christophe Awanto, maître de conférences de l’Uac.