Situation des enseignants promus par le Cames en 2019 et 2020: L’Intersyndicale des Unb appelle Talon à la rescousse

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


L’Intersyndicale des Universités nationales du Bénin (Unb) se plaint d’une note circulaire de la ministre de l’Enseignement supérieur qui, selon elle, met à mal la carrière des enseignants promus dans différents grades académiques en 2019 et 2020. Ce syndicat en appelle à l’implication personnelle du chef de l’Etat, Patrice Talon.

LIRE AUSSI:  Enseignement technique, formation et insertion professionnelle: Le projet Defi-pro fait le point des avancées

La carrière des enseignants du supérieur promus par le Conseil africain et malgache pour l’Enseignement supérieur (Cames) en 2019 et 2020 serait-elle actuellement précarisée ? Selon un cri de cœur de l’Intersyndicale des Universités nationales du Bénin (Unb), une note circulaire prise par l’ancienne ministre de tutelle, Marie Odile Attanasso, et confirmée par l’actuelle ministre, Eléonore Yayi Ladékan, ne serait pas en harmonie avec le décret 2016-244 du 4 avril 2016 portant conditions de bénéfice de la promotion professionnelle des enseignants des Unb dans les différents corps par leurs statuts particuliers. Suivant l’analyse de l’Intersyndicale, ces deux notes circulaires précarisent la carrière des 262 et 186 enseignants promus dans les différents grades académiques par le Cames respectivement en 2019 et 2020. Toujours selon l’Intersyndicale, lesdites circulaires mettent à la charge des postulants aux différents grades académiques le payement de frais allant de 400 000 à 1 400 000 francs Cfa contrairement à la situation dans les pays de l’espace Cames où ces frais sont la contribution des Etats membres.
« Depuis la prise de ces notes circulaires jugées illégales par l’Intersyndicale, aucun des 262 enseignants promus en 2019 n’a été reclassé, et à eux s’ajouteront les 186 de 2020 », regrettent les membres de l’association syndicale. Ils estiment, en outre, qu’une telle situation est inédite au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) car, les deux notes circulaires déclassent les enseignants promus par rapport à leurs collègues des autres Etats de l’Union.
« Après la rencontre du chef de l’Etat avec les secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales, rencontre au cours de laquelle Patrice Talon a affirmé que les efforts du gouvernement en faveur des travailleurs se poursuivent, notamment la prise régulière et automatique des actes d’avancement, le payement des arriérés salariaux, l’Intersyndicale se demande à quand la fin » de la situation administrative des enseignants promus en 2019 et 2020 par le Cames, lit-on à travers l’adresse de ce syndicat.
Pour finir, il demande l’implication personnelle du président de la République afin que la situation soit dénouée pour le bonheur des bénéficiaires.

LIRE AUSSI:  Réflexions: Halte à l’apologie des fêtes ethniques !