Signature de convention entre le PEJ et l’ANPE: Plus de 13,2 milliards FCFA pour préparer les jeunes à un emploi indépendant

Par zounars,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), Didier Maixent Djeigo et le coordonnateur du Projet Emploi des Jeunes (PEJ), Chakirou Toukourou ont signé hier, jeudi 6 août une convention de partenariat. C’était en présence du ministre chargé de l’Emploi des jeunes et des Petites et moyennes Entreprises, Nadine Dako Tamadaho et de la représentante de la Banque mondiale, Katrina Sharkey.

LIRE AUSSI:  Acquistion des terres : Plongée dans le dédale foncier à Abomey-Calavi

Le «Projet Emploi des Jeunes» est le fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Bénin et le groupe de la Banque mondiale et est en vigueur depuis novembre 2014. Doté d’un financement de 35 millions de dollars soit de 17,5 milliards FCFA, il vise à améliorer l’accès aux compétences et aux opportunités d’emploi pour les jeunes béninois en situation de sous-emploi.

Les composantes 2 et 3 du PEJ, à savoir «Développement de compétences en micro-entreprenariat et soutien à l’installation» ont pour objet d’ouvrir largement à la jeunesse l’accès à ces deux facteurs qui facilitent, selon elle, l’auto-emploi. Dans un souci permanent de renforcement des capacités nationales, il a été prévu dès la conception du projet, de s’appuyer sur les structures nationales pour sa mise en œuvre. Et c’est ce choix qui a justifié la cérémonie de signature d’une convention de partenariat entre l’ANPE et l’Unité de coordination du projet. D’un montant de plus de 13,2 milliards de francs CFA sur une période de 42 mois, cette convention va permettre d’élargir non seulement l’accès des jeunes aux formations en micro-entreprenariat mais également de soutenir leur installation dans une activité productive au moyen de petites subventions. Avec la signature de cette convention, les jeunes hommes et jeunes filles seront accompagnés dans l’apprentissage des métiers artisanaux, en vue de l’obtention du Certificat de qualification aux métiers (CQM) et du Certificat de qualification professionnelle (CQP).
Le coordonnateur du PEJ, Chakirou Toukourou a rappelé le rôle que jouera l’ANPE dans ce partenariat. A travers cette convention, l’ANPE va intensifier et améliorer la qualité de ses programmes pour aider les jeunes en situation de sous-emploi et développer les compétences liées à l’établissement et à la gestion d’une petite entreprise. Aussi bien, elle aidera les bénéficiaires à lever les contraintes de disponibilité de capital liées au démarrage d’une entreprise.

LIRE AUSSI:  Assassinat, 29e dossier: Renvoi à une session ultérieure pour une contre-expertise psychiatrique

Une convention de 18 clauses

La convention est établie pour une durée totale du Projet Emploi des Jeunes, à compter de la date de sa signature. Elle comporte 18 clauses et est constituée d’un certain nombre de documents. Il s’agit du document de convention de partenariat, des termes de référence des activités à exécuter, du budget détaillé de la convention, de la liste du personnel clé affecté aux activités du projet et de l’accord de financement et de la lettre de décaissements correspondante. La cérémonie de signature a été l’occasion au ministre chargé de l’Emploi des Jeunes et des Petites moyennes Entreprises, Nadine Dako Tamadaho, de mentionner que
15 000 jeunes seront formés en micro-entreprenariat. Ce projet permettra à au moins 12 000 jeunes de pouvoir bénéficier de subventions d’installation pour la création de leur micro-entreprise, a-t-elle indiqué. De même, elle a souligné que les jeunes qualifiés seront accompagnés et orientés vers d’autres sources de financements tels que le Fonds national de promotion de l’entreprise et de l’emploi(FNPEJ). Nadine Dako Tamadaho a rassuré que son ministère ne ménagera aucun effort pour donner pleine vie à ce partenariat. Avec l’appui du PEJ, désormais chacune des 77 communes du Bénin aura un service communal d’emploi. logé dans la mairie et doté des moyens adéquats.
La représentante du groupe de la Banque mondiale, Katrina Sharkey, a saisi l’occasion pour inviter les parties prenantes au respect strict des clauses qui sont prévues dans cette convention qui ne visent, selon elle qu’à assurer l’atteinte des objectifs du projet.