Signature d’accord sur des services aériens: Le Bénin et le Ghana s’activent pour une liaison directe Cotonou-Accra

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


En plus d’une coopération assez fructueuse, le Bénin et le Ghana se donnent la main dans le domaine du transport aérien pour une meilleure collaboration et un partage d’expériences. La finalité, parvenir à une liaison directe Cotonou-Accra. L’accord sur les services aériens entre les deux pays a été signé, vendredi 22 novembre, au ministère des Infrastructures et des Transports.

LIRE AUSSI:  Législatives 2019: Mathias Kouwanou prie pour le chef de l’Etat


L’accord sur les services aériens entre le Bénin et le Ghana est le résultat d’une série de consultations bilatérales. « Il a été conclu à la suite des consultations aéronautiques qui ont eu lieu lors de la conférence de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci) sur les négociations relatives aux services aériens le 6 décembre 2016 à Nassau à Bahamas », a révélé le ministre des Infrastructures et des Transports, Hervé Hehomey, vendredi 22 novembre dernier, à l’occasion de la signature d’accord sur des services aériens entre les deux pays. Signature d’accord qui, dira-t-il, revêt une importance toute particulière en ce sens qu’elle permettra l’entrée en vigueur de l’accord dans son intégralité, au terme de la confirmation de l’accomplissement des procédures internes propres à chaque Etat.
Cette signature d’accord étant synonyme de l’existence d’un cadre juridique approprié pour l’exploitation des services aériens entre les territoires des deux pays et même au-delà, le ministre Hervé Hehomey a émis le souhait qu’une « liaison directe soit établie entre Accra et Cotonou afin d’éviter les délais de route parfois très longs ». Mais avant, avec Yaw Afful, vice-ministre de l’aviation du Ghana, il a été procédé à la signature des documents qui consacre cet accord que les deux pays appelaient de tous leurs vœux. L’hôte ghanéen voit à travers le geste, le renforcement des relations historiques entre les deux pays et un acte de haute importance pour leurs rapports futurs. Certes, un accord existait déjà, reconnaît Yaw Afful, mais il avait besoin d’être actualisé et revu au regard des ambitions des deux pays. Désormais, c’est chose faite et c’est vers l’avenir que le vice-ministre de l’aviation du Ghana porte son regard. Il y voit des relations plus intenses et fructueuses entre Cotonou et Accra, des échanges plus intensifiés, et surtout, des vols réguliers entre les deux pays. Le Ghana est prêt à agir pour un système aéronautique fiable dans la sous-région, indique-il. Des requêtes existent déjà à ce propos, souligne le ministre Hervé Hehomey qui promet qu’elles seront examinées avec la plus grande diligence par le Bénin. Aux administrations d’aviation civile des deux pays, il a été demandé, pour finir, de promouvoir les activités d’échanges et de partage d’expériences afin de mutualiser les meilleures pratiques et de contribuer ainsi à rendre l’aviation civile plus sûre. Le vice-ministre de l’aviation du Ghana et sa suite sont repartis avec des cadeaux offerts par Cotonou.

LIRE AUSSI:  Législatives 2019: Mathias Kouwanou prie pour le chef de l’Etat