Session criminelle du Tpi de Parakou/ 2e dossier: Association de malfaiteurs, vol à main armée et assassinat (La cause renvoyée)

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Statuant en matière criminelle au titre de l’année 2020, le Tribunal de première instance de première classe de Parakou n’a pu examiner jusqu’à son terme, le deuxième dossier inscrit au rôle de sa session. Pour diverses contingences ayant perturbé l’audience, le dossier a été renvoyé à une session ultérieure. A la barre, Aboubacar Oumarou alias Faroukou, Amadou Boni Nouréini Ninnin et Mamoudou Adamou Zawoua comparaissaient depuis mardi 7 juillet dernier.

LIRE AUSSI:  1re session criminelle du Tpi de Cotonou: Gustave Zodjihoun condamné à 5 ans de prison

La deuxième affaire inscrite au rôle de la première session criminelle de l’année 2020 du Tribunal de première instance de première classe de Parakou porte sur des infractions d’association de malfaiteurs, de vol à main armée et d’assassinat.

Aboubacar Oumarou alias Faroukou, Amadou Boni Nouréini Ninnin et Mamoudou Adamou Zawoua, respectivement cambiste de profession âgé de 45 ans, marié et père de neuf enfants, bouvier âgé de 40 ans, marié et père de 9 enfants et cambiste âgé de 64 ans, marié et père de 22 enfants, en sont les trois inculpés. Manque de pot pour eux, ils vont devoir patienter encore derrière les barreaux de la prison civile de Parakou, avant d’être fixés sur leur sort. Commencé mardi 7 juillet dernier, l’examen de leur dossier qui s’est poursuivi le lendemain, a été renvoyé à une session ultérieure pour un certain nombre de contingences qui sont intervenues.
En effet, une panne d’énergie électrique intervenue entre- temps, a contraint l’audience à se poursuivre, mercredi 8 juillet dernier, non seulement avec les accusés, mais aussi la dizaine de témoins venus apporter des éclairages aux membres de la cour. Mais avec le président de l’audience qui a été admis à l’hôpital pour des soins, après avoir eu un malaise, l’examen du dossier n’a malheureusement pas pu aller à son terme.
L’indisponibilité du président de l’audience pour des problèmes liés à sa santé ayant été constatée, la composition de la cour qui passe de sept à six membres, devait inévitablement changer. Le Code de procédure pénale prescrivant que la cour doit être composée de sept membres, la cause a donc été renvoyée.

LIRE AUSSI:  Atelier sur l’agenda 2030 des Objectifs du développement durable: Le Rodd forme les responsables des Ong du Couffo

Les faits
A la barre depuis mardi 7 juillet dernier, les trois accusés ont beaucoup varié dans leurs déclarations. Ils n’ont pas reconnu les faits mis à leur charge.
Par rapport aux faits qui les ont conduits à la barre, ils remontent au mercredi 25 mars 2015 où, aux environs de 21 heures 30 mn, El hadj Adamou Issifou, cambiste de profession, a été filé jusqu’à son domicile sis au quartier Gbira, dans le troisième arrondissement de la ville de Parakou, par un groupe d’individus. Ces derniers l’ont mortellement assommé à coups de machettes, puis criblé de balles, avant de fouiller sa chambre et son véhicule dont ils ont endommagé la vitre arrière. Laissant leur victime dans une mare de sang, avec des blessures au bras droit, au visage et à la tête, ils ont réussi à emporter une somme estimée à plusieurs millions de francs Cfa. Sur les lieux, ils ont également abandonné des machettes et étuis. Soupçonnés, puis interpellés, Mamoudou Adamou Zawoua, Aboubacar Oumarou alias Faroukou et Amadou Boni Nouréini Ninnin ont été inculpés pour les crimes d’association de malfaiteurs, de vol à main armée et d’assassinat. A toutes les étapes de la procédure, ils ont nié les faits.