Scrutin pour les législatives: Des populations de Dangoussar bloquent le processus électoral

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Exaspérées par les promesses non tenues des dirigeants du pays, les populations de Dangoussar dans l’arrondissement de Barei dans la commune de Djougou ont bloqué le démarrage du processus de vote. Elles ont organisé une marche de protestation hier dimanche 26 avril, pour exprimer leur mécontentement à force de voir leur village toujours plongé dans le noir en dépit des promesses de fournitures en énergie électrique qui leur a été faite.

LIRE AUSSI:  Lancement du projet Forêts classées du Bénin: 75 millions de dollars US d’investissement pour préserver les aires protégées

Des populations surexcitées obstruant le passage aux usagers de l’axe Djougou-Ouaké. C’est à cette situation qu’ont fait face hier les forces de sécurité dépêchées dans le village de Dangoussar à 15 km de Djougou. Se refusant à laisser le processus électoral suivre son cours, les populations de la localité ont investi l’axe routier, après avoir tôt le matin contraint les agents de leur centre de vote à arrêter les opérations. Branchages et tambourins en main, elles ont manifesté leur amertume face au sort réservé à leur village. Ainsi que le mépris dont elles font l’objet. Pour les habitants de Dangoussar, il n’y aura plus d’élection dans leur localité tant qu’ils ne bénéficieront pas d’électricité comme les autres localités de la région. Tous les villages de l’axe Djougou-Ouaké ont été alimentés à l’exception de Dangoussar. «Nous sommes également des fils et filles de ce pays. A chaque élection, ils viennent nous promettre l’électricité. Trop c’est trop !», confie Séibou Karim, un des meneurs de la marche. S’ils s’accordent à dire que leur marche ne vise que le développement de leur village et qu’elle est pacifique, la réalité sur le terrain est tout autre. Benoît Dossou Mahuklo, président du centre de vote EPP Dangoussar où sont attendus 489 électeurs, avoue avoir été molesté par les manifestants en furie, arrivés en masse vers lui pour lui intimer l’ordre de surseoir à toute opération relative au processus électoral. Rudoyé, il ne doit la vie sauve qu’au contingent d’agents de sécurité portés aussitôt après l’alerte donnée. L’urne sera emportée par les manifestants. A Saoussar, dans un autre centre de vote, à quelques lieues de là, le même scénario s’est produit mais tôt les éléments de la compagnie de sécurité vont imposer leur loi et permettre au processus de reprendre. Par contre, à Dangoussar la mobilisation a été telle que l’impressionnant dispositif sécuritaire a été mis à rude épreuve. Les gendarmes ont préféré s’en remettre à la médiation des sages et notables du village, pour ne pas user de la force.
A la suite du conciliabule, les manifestants réclameront même avant tout retrait de la route et levée du siège du centre de vote, le repli des forces de l’ordre. Ce qui sera fait quelques minutes plus tard avec l’approbation du capitaine Dosso, commandant de compagnie. «Nous allons observer un repli tactique en diminuant notre effectif», annonce-t-il.
Aux dernières nouvelles, on apprendra que le vote a démarré par la suite à 12 heures.

LIRE AUSSI:  Protestation contre la nouvelle carte universitaire : Les députés maintiennent la pression sur le gouvernement