Santé: Bougez plus, vivez mieux et plus longtemps !

Par Collaboration extérieure,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun


L’Organisation mondiale de la Santé (Oms) annonce que 5 millions de décès par an pourraient être évités si la population mondiale était plus active. Un adulte sur quatre et, quatre adolescents sur cinq n’ont pas assez d’activités physiques. À l’échelle mondiale, on estime le coût en soins de santé directs à 54 milliards de dollars.

LIRE AUSSI:  Elimination du paludisme au Bénin: Accélérer le processus en insistant sur les facteurs favorables

L’Oms rappelle que l’activité physique, quels qu’en soient le type et la durée, peut améliorer la santé et le bien-être. Dans le contexte de la pandémie de la Covid-19 où de nombreuses personnes sont contraintes de rester chez elles, les nouvelles Lignes directrices sur l’activité physique et la sédentarité, insistent sur le fait que chacun doit avoir une activité aérobique quotidienne. Selon les experts, au moins 150 à 300 minutes par semaine sont conseillées pour tous les adultes, y compris les personnes atteintes de maladies chroniques ou en situation de handicap, et une moyenne de 60 minutes par jour pour les enfants et les adolescents.

L’exercice régulier est essentiel

Une activité physique régulière est essentielle pour prévenir et mieux prendre en charge les maladies cardiaques, le diabète de type 2 et le cancer, ainsi que pour réduire les symptômes de dépression et d’anxiété, atténuer le déclin cognitif, améliorer la mémoire et stimuler la santé du cerveau. Tout au long de la grossesse et après l’accouchement, les femmes sont encouragées à maintenir une activité physique régulière. Les nouveaux conseils de l’Oms soulignent également les avantages précieux que l’activité physique apporte pour la santé des personnes handicapées. En ce qui concerne les personnes âgées de plus de 65 ans, il est fortement conseillé d’ajouter des activités axées sur l’équilibre et la coordination, ainsi que sur le renforcement musculaire, ce qui aide à prévenir les chutes et à améliorer la santé.
Toute activité physique est bénéfique. Marche, course, trottinette ou vélo, mais aussi tâches ménagères, nettoyage, jardinage, danse et jeu, tout mouvement est bénéfique pour conserver la forme.

LIRE AUSSI:  Colonel Alain Azondékon, chef service pédiatrie de l’HIA: «Renforcer l’interaction entre la santé publique, la science et les droits humains»

Etat des lieux inquiétant

Selon l’Oms, un quart des adultes et 80 % des adolescents ne remplissent pas les objectifs fixés. On se doute que les mesures de confinement liées à la pandémie n’ont pas amélioré la situation, bien que, pour l’instant, aucune étude n’ait pu être effectuée. Quoi qu’il en soit, le phénomène est inquiétant parce que la sédentarité a des conséquences sur la santé et peut susciter toute une palette d’effets délétères pour la santé. Au niveau mondial, cette inactivité coûte cher en soins directs : 54 milliards de dollars, et 14 milliards de plus en pertes de productivité.
L’Oms encourage les pays à adopter ces lignes directrices mondiales en vue d’élaborer des politiques nationales de santé à l’appui de son « Plan d’action mondial pour promouvoir l’activité physique 2018-2030 ».
Les dirigeants mondiaux avaient adopté ce plan en 2018 à l’occasion de la 71e Assemblée mondiale de la Santé dans le but de réduire de 15 % le manque d’activité physique à l’horizon 2030.

LIRE AUSSI:  Accélération de la riposte au Vih d’ici 2020: Dix maires du Bénin s’engagent

Par Catherine Fiankan-Bokonga
Correspondante accréditée auprès de l’Office des Nations Unies à Genève (Suisse)