Révision de la Constitution: La société civile invite au strict respect des points retenus

Par Site par défaut,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Blanche Sonon, présidente de Social Watch Bénin (au milieu), donnant lecture de la déclaration

A la faveur d’une déclaration de presse, ce mercredi 4 juillet à Cotonou, Social Watch Bénin, Laboratoire Citoyennetés et d’autres organisations non gouvernementales ont exprimé leur adhésion au projet de révision de la Constitution initié par un groupe de députés à l’Assemblée nationale. Mais au-delà, ces organisations ont aussi appelé au strict respect des quatre points sur lesquels porte cette retouche de la loi fondamentale.

LIRE AUSSI:  Attribution du Mondial 2026 de football: Quel choix fera le Bénin ?

Les organisations de la société civile telles que Social Watch Bénin, Laboratoire Citoyennetés et autres adhèrent à la retouche de la Constitution du 11 décembre 1990 après des échanges avec des députés initiateurs de cette proposition de révision et tiennent à ce que les modifications n’aillent pas au-delà des points annoncés. 

Dans la déclaration rendue publique, hier, à l’issue d’une séance d’échange avec ces députés, Blanche Sonon, présidente de Social Watch Bénin, a estimé que cette démarche « fait l’unanimité au sein des acteurs politiques et de la société civile ». Elle s’inscrit, explique-t-elle, « dans une logique de bonne gouvernance et de développement ». Par rapport aux modifications envisagées, elle note quatre points tels que la suppression de la peine de mort, la promotion de la représentativité des femmes, l’organisation d’élections générales (présidentielle, législatives et communales et la création de la Cour des comptes). Si Social Watch, Laboratoire Citoyennetés et les autres accompagnent les trois premiers points, selon Blanche Sonon, elles « prennent acte de l’alignement des élections » au Bénin.
Toutefois, ces organisations insistent sur certains points en faisant des suggestions. Il s’agit pour elles d’élargir, en dehors du Parlement, les dispositions particulières assurant la promotion de l’élection des femmes à d’autres instances telles que les conseils municipaux, communaux, locaux et autres. Sur la création de la Cour des comptes, ces organisations de la société civile estiment « nécessaire de renforcer l’indépendance de la juridiction financière en arrimant sa loi organique aux normes des organisations internationales des institutions supérieures de contrôle des finances publiques ». A ce propos, Blanche Sonon insiste, entre autres, sur l’indépendance et l’inamovibilité des dirigeants, l’accès sans restriction à l’information, l’obligation d’élaborer et de diffuser en toute indépendance les rapports de contrôle. « Social Watch Bénin, Laboratoire Citoyennetés et les autres organisations de la société civile, soucieux de la préservation des valeurs et principes démocratiques chèrement acquis de l’historique Conférence nationale des forces vives, en appellent à la défense de l’intérêt supérieur de la nation, au consensus et invitent la Représentation nationale à ne s’en tenir qu’au respect strict des quatre points soumis à cette révision », insiste la présidente de Social Watch Bénin.

LIRE AUSSI:  Incendie au marché Dantokpa: Le gouvernement au chevet des sinistrés