Résilience de l’économie nationale face à la Covid: La croissance économique estimée à 3,8 % en 2020

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun

Marche de Bohicon; croissance économique

Alors qu’elle était attendue autour de 2,3 %, la croissance économique nationale est estimée finalement à 3,8 % en 2020 contre 0,9 % pour l’Uemoa et -3,5 % au plan mondiale (selon le Fmi), aux termes de la Note trimestrielle de conjoncture au titre du quatrième trimestre 2020 de la direction de la Prévision et de la Conjoncture (Dpc) indique plusieurs facteurs explicatifs. Quoiqu’elle soit loin des 6,9 % enregistrés en 2019, cette performance témoigne de la résilience de l’économie béninoise. La croissance est projetée à 6% en 2021 par la direction générale des Affaires économiques (Dgae) du ministère de l’Economie et des Finances dont dépend la Dpc.
En effet, après les fortes perturbations engendrées par la crise de Covid-19 au cours des deuxième et troisième trimestres 2020, il est noté une croissance soutenue de l’activité économique dans les grandes entreprises au quatrième trimestre. La production des industries alimentaires s’est améliorée, aussi bien en variation qu’en glissement annuel. Cette bonne performance est en lien avec la reprise plus tôt que prévue du commerce international.
L’Indice du chiffre d’affaires (Ica) affiche une hausse de 11,6 % par rapport au trimestre précédent. Également, en lien avec la tendance de cet indice, l’indice global de l’emploi dans les grandes entreprises s’est inscrit en hausse : 1,7 %. Les chefs d’entreprise estiment que l’activité économique a été favorable sur la période et se montrent optimistes pour les trimestres à venir, mentionne la Note.
Pendant ce trimestre, les recettes totales nettes mobilisées par les régies financières ont été de 365,8 milliards F Cfa, soit un accroissement de 43,4 % par rapport au trimestre précédent. Les dépenses publiques ont été engagées pour un montant total de 484,0 milliards F Cfa, soit une progression de 1,7 % par rapport au troisième trimestre 2020.
En ce qui concerne la masse monétaire, elle a affiché un niveau de 2 751,9 milliards F Cfa à fin décembre 2020 contre 2 603,4 milliards F Cfa à fin septembre 2020, soit une hausse de 5,7 %.

LIRE AUSSI:  Système informatisé de suivi-évaluation: Pour des informations statistiques fiables à Parakou
Fortunes diverses dans la production

En dépit de la Covid-19, la production agricole est en hausse. Le Bénin a battu un nouveau record en atteignant une production de 728 000 tonnes de coton graine pour la campagne 2020-2021 contre 714 714 tonnes à la campagne précédente et ce, malgré les conditions pluviométriques stressantes en début de campagne et la diminution des emblavures, a annoncé, il y a quelques semaines, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep). Selon les données stabilisées du secteur agricole pour la campagne, les productions de céréales, de légumineuses, de racines et tubercules et de cultures maraîchères se sont aussi accrues respectivement de 2,7 %, 1,7 %, 1,6 % et 1,6 % par rapport aux statistiques de la campagne 2019-2020.

La valeur ajoutée du secteur primaire devrait s’améliorer en 2021 à hauteur de 4,6 %, soutenue par les bonnes performances attendues aussi bien de la production vivrière que des cultures d’exportation, notamment le coton. L’amélioration des performances agricoles impactera favorablement les industries alimentaires. L’année dernière, il a été noté un repli de la production dans les industries cimentières et de textiles.

LIRE AUSSI:  Impact du Covid-19 sur les économies de l’Uemoa: La Bceao lance un appel à contributions

La production des industries cimentières a régressé de 2,3 % au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent et de 7,0 % par rapport au niveau de l’année précédente. En fait, le niveau de production a atteint 569 905 tonnes au quatrième trimestre 2020 contre 583 372 tonnes au trimestre précédent et 613 021 tonnes un an plus tôt.

Relance de l’industrie et du commerce
Les secteurs de l’industrie et du commerce ont été durement touchés par la pandémie. Pour 2021, il est attendu une amélioration de la valeur ajoutée du secteur secondaire à hauteur de
10,3 % contre une estimation de 5,2 % en 2020 en lien avec les performances attendues dans la branche Btp, selon la Dpc/Mef.
Ces performances seraient soutenues par la poursuite de plusieurs projets, dont la mise en œuvre du projet Asphaltage phase 2, la construction des 22 stades communaux et des 35 marchés urbains, l’achèvement de la construction des 20 000 logements sociaux.

LIRE AUSSI:  3e Edition du salon des PME: Les défis et perspectives du financement en discussion

La construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale, la réalisation des travaux de construction de l’hôtel Sofitel et la réhabilitation du Centre international des conférences (Cic), de 15 marchés régionaux et secondaires dans les communes du grand Nokoué, la construction du pipeline Bénin-Niger, sont autant de projets pouvant booster les performances dans cette branche ainsi que dans celle de l’énergie.

Dans le secteur tertiaire, la valeur ajoutée progresserait en hausse de 4,2 % en 2021 en lien avec les activités des services. Le commerce, les transports ainsi que les branches « Hôtels et restaurants » et « Télécommunication » devraient se relever à la suite de l’ouverture des frontières et la hausse des activités au port de Cotonou.