Reprise des cours au niveau du primaire: Calavi entre enthousiasme et respect des mesures barrières

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Après quatre mois de vacances imposées par le Covid-19, l’école primaire béninoise s’éveille de nouveau avec les apprenants du Cours d’initiation (Ci) au Cours moyen première année (Cm1). Tout se passe normalement à Abomey-Calavi, avec comme particularité pour cette reprise, la prise en compte des gestes barrières.

LIRE AUSSI:  Evaluation des ACE 2008: Sortie massive des enseignants, quelques perturbations maîtrisées par la police

Lundi 10 août. Il est 15 heures. Les apprenants retardataires de l’Ecole primaire publique de Zoca pressent les pas pour rallier l’établissement. Une fois le seuil de la cour franchi, ils se dirigent vers le dispositif de lavage des mains à l’eau et au savon. Ce rituel accompli, ils peuvent regagner leurs salles de classe. Pour ceux qui doutaient d’une reprise effective des cours, l’école primaire a bel et bien renoué avec les activités pédagogiques, dans le respect des mesures barrières.

« Certains parents avaient des doutes par rapport à la reprise effective des cours. Ils n’ont pas daigné envoyer leurs enfants ce jour. C’est ce qui explique les quelques absences que nous avons enregistrées »,explique Marius Agnis, maître du Cm1.
« Quand on observe une pause, certains écoliers se laissent trop aller à l’amusement. Nous essayons de calmer les enfants qui sont pressés d’aller regarder la télé à la maison », renchérit Kada Bakary, enseignant du Cp, au complexe scolaire, ‘’Le Péniel’’.
Dans la cour de ces deux établissements comme dans les salles de classe, la discipline règne. Dispositifs de lavage des mains à l’eau et au savon installés de part et d’autre, les mesures d’hygiène, la propreté des lieux et la rigueur dans les salles de classe sont quelques signes visibles notés et qui attestent que la reprise des cours rime avec la prise en compte des consignes de lutte contre la pandémie.
« Nos écoliers nous ont beaucoup manqué. L’école est la deuxième famille de l’enseignant. Je suis très ravi de revoir mes apprenants, parce qu’ils sont revenus en pleine forme », se réjouit Marius Agnis.
Quant aux écoliers ils sont aussi enthousiastes d’avoir repris. «Je suis contente de revoir mes camarades de classe, parce que nous sommes trop restés à la maison », confie Rolande Edou, écolière en classe de Cm1 à l’Epp Zoca. « Je suis heureux de revoir tous mes amis en pleine santé », ajoute son camarade de classe, Malick Lansou.
A l’école privée ‘’Le Péniel’’ d’Abomey-Calavi, apprenants et enseignants ont bien repris les cours mais avec quelques pincements au cœur. « Autrefois, la reprise des cours était marquée par les embrassades. Mais aujourd’hui, nous sommes tenus de respecter les gestes barrières», se désole-t-il.

LIRE AUSSI:  Evaluation des ACE 2008: Sortie massive des enseignants, quelques perturbations maîtrisées par la police

Vigilance

La vigilance reste de mise dans les écoles. On évite les attroupements. « Nous faisons sortir les classes à tour de rôle pour la recréation », explique Kada Bakary, maître du Cours préparatoire (Cp).
Dans les deux établissements, les enseignants ne veulent pas perdre de temps. Cette première journée est consacrée aux évaluations diagnostiques.
A 15 heures 30, la quasi-totalité des élèves du Cm1 de l’Epp Zoca étaient en classe pour composer pour le compte de la deuxième épreuve de la journée. « Nous les avons soumis à une épreuve le matin. Ils composent actuellement dans d’autres matières. Nous ferons une correction collective après. Ces évaluations sont indispensables pour apprécier le niveau des apprenants », indique-t-il.
Le schéma reste le même pour les trois premiers jours de la semaine afin d’apprécier le niveau réel des élèves après le long repos imposé par le Covid-19. « Ce mardi, les enfants seront soumis aux épreuves de mathématiques et de dictée. Demain mercredi, nous ferons également la correction collective des épreuves de la veille. Ensuite, nous allons remplir les fiches et faire le rapport de la reprise et l’envoyer à qui de droit », détaille-t-il.
La règle ne varie pas dans le privé. « Nous remettons le compteur à zéro. Nous faisons le tour des différentes matières afin de donner le maximum de notions aux apprenants et les aguerrir pour l’année scolaire prochaine», renchérit l’enseignant du privé.
Tout ceci se fait conformément à l’agenda du ministère des Enseignements maternel et primaire. « A la suite de ces différentes étapes, nous allons prévoir, selon le programme du ministère, les activités de remédiation afin de corriger les insuffisances notées au niveau des apprenants», dévoile Marius Agnis.

LIRE AUSSI:  Passeport vaccinal pour la Covid-19: L’Union africaine émet des inquiétudes

Les activités de remédiation n’excluent aucun champ de formation. « Ces activités intègrent toutes les disciplines à savoir français, mathématiques, lecture, expression écrite… ».
Aucun incident n’est à relever au cours de cette première journée de reprise des classes au niveau du primaire.
Les enseignants doivent rester tout de même vigilants en ce qui concerne le port de masques par les apprenants. « Certains élèves tentent d’enlever leurs masques afin de mieux respirer. Nous veillons à ce qu’ils ne s’en débarrassent pas », souligne-t-il.
Seul hic noté au niveau de ces établissements, la distanciation sociale qui peine à être observée, en raison des effectifs dans les salles de classe.
Cette reprise dure environ quatre semaines. Toutefois, les longues vacances imposées par le Covid-19 ont faussé les calculs au niveau des établissements privés qui peinent à recouvrer les frais de scolarité. La note que prépare Salimatou Doumbouya, secrétaire à l’école ‘’Le Péniel’’, à envoyer aux parents d’élèves, aidera peut-être cet établissement à recouvrer ses créances.