Répression contre la conduite en état d’ivresse: Les contrôles sur les axes routiers s’accentuent dès ce week-end

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Nouveau dispositif de détection des conducteurs «soûlards», alcootest numérique

La Police républicaine est en guerre contre l’abus d’alcool sur les axes routiers. Le directeur général de cette institution a présenté le nouveau dispositif de détection des conducteurs «soûlards» en annonçant une répression systématique qui démarre ce week-end au niveau des carrefours des grandes villes du Bénin. Néanmoins, des clarifications s’imposent.

LIRE AUSSI:  Suspension de la grève: Un appel à la reprise sans écho favorable à Parakou

La répression contre la conduite en «état d’ivresse» sera accentuée dès ce week-end sur les axes routiers. Les éléments de la Police républicaine déploieront le nouveau dispositif de contrôle du taux d’alcool dans le sang au niveau des carrefours. Il s’agit d’alcotest numérique, un petit appareil efficace, selon le directeur général de la Police républicaine, l’inspecteur général de police, Nazaire Hounnonkpè. D’après lui, l’alcotest permettra non seulement de contrôler de façon systématique l’abus de l’alcool au volant, mais également d’éviter les éventuelles contestations. 

Dans le cas des radars mobiles acquis pour contrôler les vitesses sur les routes, une séance de sensibilisation a été faite à l’endroit des conducteurs. En ce qui concerne l’alcotest, on aurait pu procéder de la même manière, pour éviter tout effet de surprise aux conducteurs. « Si l’outil n’est pas performant, il peut y avoir des contestations. Mais avec les alcotests électroniques qui donneront avec précision le taux d’alcool dans le sang, il n’y aura pas de contestation », a rassuré le directeur général de la Police républicaine. « Dès qu’on vous prend, il n’y aura pas de contestation et vous allez subir la rigueur de la loi », déclare-t-il. Insistant sur la répression, l’ancien conseiller technique à la sécurité du chef de l’Etat confie : « Nous ne serons pas découragés, nous allons assurer votre sécurité même contre votre volonté ».
Les citoyens doivent s’attendre désormais à rencontrer les policiers sur leurs routes les jours de manifestation comme le directeur général de la police républicaine l’a martelé : « Les week-ends, toutes les fois que la police sera informée qu’il y a cérémonie, enterrement, nous allons prendre d’assaut les axes routiers et les contrôles seront systématiques ».
Nazaire Hounnonkpè a indiqué que c’est une manière spéciale d’aider les Béninois à faire d’économie au lieu d’aller gaspiller de l’argent dans les boissons, surtout lors des cérémonies funéraires.
La police, pour éviter toute controverse, devra élucider quelques préoccupations susceptibles de créer de tension. Quel est le taux normal d’alcool admis lorsqu’on est au volant? Que dit la réglementation en vigueur sur l’usage d’alcool lors des manifestations ? Autant de questions dont les réponses sont nécessaires pour la compréhension des citoyens en ce qui concerne cette réforme.
Par ailleurs, les usagers de la route peuvent-ils avoir l’assurance que les tubes des différents alcotests sont systématiquement remplacés après usage. C’est aussi une grande préoccupation face à la propension de maladies contagieuses, lorsqu’on sait que chaque conducteur va souffler dans le matériel, qui affichera le taux d’alcool présent dans son sang.

LIRE AUSSI:  An II du gouvernement du Nouveau départ: En attendant les fruits de l’austérité !