Rentrée scolaire 2020-2021: Effectivité des cours à Porto-Novo

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Non classé |   Commentaires: Aucun


A Porto-Novo, la rentrée des classes a été effective avec le démarrage des cours, ce lundi 28 septembre. Tous les acteurs souhaitent une année scolaire apaisée et fructueuse, en dépit de la pandémie du Covid-19.

LIRE AUSSI:  Le numérique et la digitalisation: Le Bénin en passe de devenir la plateforme de la sous-région

Vive la rentrée scolaire 2020-2021 ! Apprenants, enseignants et autres acteurs du système éducatif béninois ont repris le chemin des classes depuis ce lundi 28 septembre, pour neuf mois. Cette rentrée est effective dans toutes les écoles aussi bien publiques que privées à Porto-Novo.
Les activités pédagogiques ont repris également. Les apprenants ont commencé par recevoir les leçons, surtout dans le primaire. Le constat d’une rentrée effective a été fait dans plusieurs écoles, notamment aux complexes scolaires publics d’Avakpa, de Foun-Foun, de Houinvié, Koutongbé et Gbénonkpo à Porto-Novo. Idem à l’école urbaine centre de
Porto-Novo. Les quatre groupes à savoir A, B, C et D ont tous ouvert, ce lundi, leurs portes. Pour le directeur du groupe D de cette école, Charles Dansou, rencontré en plein cours avec les écoliers de la classe du Cours moyen 2e année (Cm2). Depuis quelques années, le public essaie d’imiter le privé en démarrant les cours le jour de la rentrée. Il dit avoir pris à cet effet toutes les dispositions avec les enseignants de son école, conformément aux consignes du ministère des Enseignements maternel et primaire. Selon Charles Dansou, la semaine de la prérentrée a été consacrée au nettoyage de la cour de l’école et des salles de classe. Elle a servi également à l’inscription des nouveaux écoliers et ceux transférés dans l’école. Tout ceci effectué, plus rien ne devrait empêcher le démarrage effectif des cours à la rentrée, relève-t-il. Les écoliers qui sont venus les bras ballants ont été sensibilisés à venir dans l’après-midi avec les fournitures scolaires pour prendre le train en marche.
Une attention particulière est également accordée à la lutte contre la propagation de la maladie à coronavirus. Le dispositif de lavage des mains est installé devant chaque classe pour permettre aux apprenants et autres usagers de se laver les mains aussi fréquemment que possible. Les élèves ont été sensibilisés à porter de cache-nez et la distanciation d’un mètre a été observée entre eux.

LIRE AUSSI:  Identification des personnes : 35000 cartes nationales d’identité biométriques pour les Béninois résidant au Nigéria

Déficit d’enseignants

La seule difficulté à laquelle sont confrontés, selon Charles Dansou, tous les quatre groupes de l’école urbaine centre est l’insuffisance de tables-bancs. Aussi, il est noté le déficit d’enseignants au niveau de tout le complexe scolaire. Le constat est pratiquement le même au niveau de l’Ecole maternelle urbaine centre de Porto-Novo. Les cours ont repris également dans les classes. Seulement, la directrice de l’école, Solange Vodounou, déplore le comportement des parents qui ont choisi de venir faire l’inscription de leurs enfants le jour de la rentrée alors que cette activité est prévue pour la période de prérentrée qui a eu lieu la semaine dernière.
Pour la directrice, il n’y a pas de protocole particulier pour l’inscription des enfants à la Maternelle. Il suffit simplement pour le parent de donner l’acte de naissance de l’apprenant. Pour la Maternelle I, l’enfant doit être âgé entre 3 et 3 ans et demi pour être admis en classe. L’âge requis pour la Maternelle II est compris entre 4 et 4 ans et demi. Solange Vodounou déplore par ailleurs l’absence de jeux extérieurs et de jouets devant permettre de calmer les enfants en cas de pleurs. L’école n’en dispose pas du tout pour les activités pédagogiques de la Maternelle. L’autre difficulté, à l’en croire, concerne le déficit en termes d’enseignants. L’établissement qui compte actuellement 122 apprenants pour six classes est en manque d’enseignants pour faire tourner tous les groupes pédagogiques, informe Solange Vodounou.
Le directeur départemental chargé des Enseignements maternel et primaire de l’Ouémé, Alain Houssou, dit être conscient de la situation de pénurie d’enseignants dans certaines écoles. Il rassure que les dispositions sont en train d’être prises pour déployer sur le terrain parmi les nouveaux aspirants admis dans la base de données de 2020 afin de combler le vide. Toutes les classes sans enseignants seront pourvues sans délai au fur et à mesure que le point est fait, insiste Alain Houssou.