Renouvellement des députés membres du Cos-Lépi: Ça passe ou ça casse entre le PRD et l’UN à l’Assemblée nationale

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les groupes parlementaires de l’Union fait la Nation (UN) et du Parti du renouveau démocratique (PRD) s’entredéchirent autour du cinquième siège du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi). Après d’interminables réunions de crises mardi 26 juillet au Parlement, les députés du bloc de la Majorité parlementaire n’ont pu départager l’UN et le PRD par rapport à ce dernier siège. Ils s’en remettent à la plénière de demain.

LIRE AUSSI:  Séance d’échanges avec les opérateurs de téléphonie mobile et les consommateurs: L’Arcep-Bénin appelle au maintien de la qualité dans le service

La Majorité parlementaire composée des députés PRD, RB, UN, FDU, ABT, alliance Soleil et AND (aile Valentin Houdé) s’enlise dans ses contradictions à propos de la désignation de ses cinq représentants au sein du Conseil d’orientation et de supervision. Augustin Ahouanvoèbla a été désigné par le PRD, Adoplphe Djima par la Rb et ABT, Issifou Amadou par FDU et Alliance Soleil et Louis Vlavonou par l’UN. Le cinquième siège en ballotage a réveillé le virus de la division au sein de la Majorité parlementaire. Il a mis à nu le grand malaise qui se cachait au sein de ce groupe depuis quelque temps. Les députés des groupes parlementaires UN et PRD réclament chacun ce dernier siège. Les deux parties ont longuement tiraillé sur la question mardi 26 juillet au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. C’était un dialogue de sourd entre ces deux groupes parlementaires membres de la Majorité parlementaire. C’est finalement à 18h27 mn que la plénière a démarré alors qu’elle a été convoquée pour 10 heures. A l’ouverture, le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété, président de céans a fait part à la plénière des difficultés au sein de la tendance majoritaire à s’entendre sur la liste de ces cinq représentants. Au lieu d’une liste de cinq noms, la Majorité parlementaire a plutôt déposé sur sa table une liste de six personnes. Pendant ce temps, la Minorité parlementaire composée des députés FCBE et alliés a déposé les noms de ses quatre représentants à savoir Cyprien Togni, Idrissou Bako, Simplice Codjo et Gilbert Bagana. Le PRD et l’UN ont chacun déposé deux noms. En plus de Augustin Ahouanvoèbla, le PRD a ajouté Badirou Aguèmon qui était d’ailleurs membre de la mandature sortante du Cos-Lépi. L’UN a de son côté ajouté à Louis Vlavonou son collègue Gérard Gbénonchi. Ce qui ne devrait pas être le cas. Ce devrait être l’un ou l’autre des groupes parlementaires qui pourvoit ce cinquième siège en ballotage.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: Onze anciens ministres et cadres passibles de sanctions

Compromis du dernier Cos-Lépi

Pour la mandature sortante du Cos-Lépi, le PRD avait désigné deux députés et l’UN une personne. Ce compromis entre l’UN et le PRD aurait été fait sur la base d’un accord politique non écrit. Aujourd’hui, l’UN semble remettre en cause ce deal politique réclamant le tour de pourvoir à ce cinquième siège. Surtout qu’elle dépasse numériquement en terme de nombre de députés le PRD qui ne compte que 10 députés alors que lui compte 13. Malgré les interminables conciliabules, aucun des deux groupes n’a fléchi de sa position. Face à cette situation, Eric Houndété a informé de ce qu’il a été obligé de réunir le bureau du Parlement pour voir la conduite à tenir vu que la Majorité parlementaire a déposé six noms au lieu de cinq. Le bureau n’a pas pu trancher. Il a décidé de s’en remettre à la plénière pour décision à prendre. Une démarche suivie par le premier vice-président de l’Assemblée nationale Eric Houndété qui a invité la plénière à se prononcer sur la question. Là-dessus, certains députés comme Benoît Dègla ont suggéré le report de la séance à jeudi prochain. Mais d’autres dont Moukaram Koussonda ont suggéré que la plénière tranche pour retenir qui de l’UN ou du PRD va désigner ce cinquième siège en ballotage. Le président de céans a semblé adhérer à cette dernière proposition. Mais il a été confronté à l’absence des membres du bureau de la Commission chargée des lois devant élaborer le rapport sur la question à soumettre à l’examen et à l’adoption par la plénière. Ne pouvant plus poursuivre les travaux à cause de cette difficulté d’ordre procédural, Eric Houndété a décidé de reporter les travaux à demain. C’est donc la séance plénière du jeudi 28 juillet qui décidera de qui enlèvera le siège en ballotage entre le PRD et l’UN. Peut-être qu’avant cet ultime vote qui permettra de départager les deux parties, le président Adrien Houngbédji qui descend de sa mission des Etats-Unis ce mercredi 27 juillet tentera de recoller les morceaux. Ce qui pourrait épargner à la Majorité parlementaire de s’offrir en spectacle en plénière par ce vote dont l’issue ne manquera pas de mettre à nu le malaise au sein de cette tendance politique.