Reddition de comptes du chef de l’Etat à Lokossa : La lutte contre la dilapidation des ressources publiques magnifiée

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Non classé |   Commentaires: Aucun


C’est Lokossa, cité de l’espérance, que le président Patrice Talon a choisi dans le cadre de sa tournée nationale de reddition de comptes pour redonner espoir à ses compatriotes quant à sa volonté implacable d’en finir avec la dilapidation des ressources publiques. Vendredi 27 novembre, au deuxième jour de sa visite dans le département du Mono, face à la population et aux représentants des différentes entités administratives et socioéconomiques, le chef de l’Etat n’y est pas allé du dos de la cuillère.

LIRE AUSSI:  Secteur du Numérique 2016-2020: Plusieurs projets phares bouclés

L’Institut universitaire de Lokossa était devenu exigu, ce vendredi 7 novembre, pour contenir la foule venue à la rencontre du président Patrice Talon. La descente du chef de l’Etat dans la cité de l’espérance a entraîné une joie inhabituelle. Et comme s’il était lui-même pressé de retrouver la chaleur de cette partie du pays, le président Patrice Talon y est arrivé vingt minutes à l’avance, ce qui va en rajouter à l’ambiance culturelle assurée par plus d’une vingtaine de groupes folkloriques. Tout ce que Lokossa peut revendiquer de culturel et même de cultuel est sorti pour le saluer. Le chef de l’Etat est vu ici comme un «ardent bâtisseur » et les dizaines de banderoles et autres affiches ne le soulignaient que trop.
Comme il le fait depuis le 12 novembre dernier, le chef de l’Etat, pour cette séance de reddition de comptes, a d’abord écouté le maire de la ville,
Gervais Hounkpè Houénou. Les nombreuses œuvres de la rupture dans la commune ont été passées au scanner. Lokossa estime qu’elle a eu sa part dans la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement. Ses citoyens n’avaient jamais vu autant d’actions se déployer en un seul quinquennat, témoigne le locataire de l’hôtel de ville. 13 kilomètres de rues ont été bitumés ou pavés avec éclairage public par endroits. Le maire a salué aussi l’ouverture de nouvelles voies dont Lokossa-Ouèdèmè-Aplahoué. 20 kilomètres supplémentaires sont attendus d’ici là. A l’actif du gouvernement, il met également la résolution de la crise des Coopératives d’aménagement rural qui relance de fort belle manière les palmeraies, une des richesses de la commune. Gervais Hounkpè Houénou reconnait que tous les secteurs de la vie active ont été touchés. A la longue liste de réalisations, il associe le courage, l’ardeur au travail du chef de l’Etat, sa rigueur et son audace dans la gestion des affaires publiques. Grâce à lui, Lokossa change et le Bénin se métamorphose, soutient le maire.

LIRE AUSSI:  Rapport mondial sur le développement humain: Le Bénin progresse de cinq places

Les réformes comme solutions

Bilan pas moins élogieux dressé par le maire de Lokossa, mais à peine satisfaisant pour le président de la République. Pour le président Patrice Talon, tout ou presque est à faire ou à refaire dans le pays. Sensible aux multiples doléances entendues à Lokossa et ailleurs, il s’est une fois encore engagé à tout faire pour combler les attentes de ses compatriotes. L’une des clés pour y arriver, la lutte contre la corruption et la dilapidation des ressources publiques. A partir du moment où les Béninois contribuent à travers leurs impôts à la mobilisation des ressources nationales, elles devront en ressentir l’impact sur leur cadre de vie et leur quotidien. Cet engagement, il l’associe à la poursuite de la lutte sans merci qui se mène depuis peu contre un tel fléau.

Le président de la République ne nie pas que des poches de résistance subsistent, mais il avoue que la donne a changé et que plus jamais, le pays ne retombera dans les travers du passé. «Ce qui nous manque tant depuis longtemps, on commence à les avoir. On ne finira jamais d’avoir des besoins, mais il y a des choses que nous devons régler définitivement à travers ces investissements », martèle-t-il. « La solution, ce sont les réformes», a réaffirmé le président de la République. L’intervention du président a été régulièrement interrompue par des ovations approbatrices de sa détermination. « Le confort individuel au détriment du progrès collectif» n’aura plus droit de cité. Les besoins en centres de santé, en équipements médicaux, en salles de classe, en cantines scolaires, en infrastructures routières, dans le domaine agricole… constituent autant d’éléments qui fondent la conviction du président Patrice Talon. A cette conviction, Lokossa adhère, « a déjà avisé » et « se projette déjà avec Patrice Talon pour un Pag 2021-2026 ».