Recyclage de riz avarié: Deux jeunes arrêtés à Pahou

Par LANATION,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le Service d’intervention rapide Atlantique-Littoral (Siral) de la direction départementale des Douanes et Droits indirects appuyé par le commissariat de Pahou a mis la main sur deux jeunes spécialisés dans le recyclage et le reconditionnement de riz impropre à la consommation humaine. Ces présumés faussaires ont été présentés, ce jeudi 6 août, à la presse au siège de leur structure à Zoungoudo dans l’arrondissement de Pahou.

LIRE AUSSI:  Transfèrement du prévenu Bernard Kikissagbé au Bénin: C'est fait !


Cent trente-trois sacs de cinquante kilogrammes de riz avarié recyclé et le dispositif de reconditionnement ont été retrouvés dans une maison à Zoungoudo dans l’arrondissement de Pahou, commune de Ouidah lors de la descente des forces de sécurité accompagnées de la presse.
Selon le commandant Marcellin Laourou, chef du Service d’intervention rapide Atlantique-Littoral (Siral) de la direction départementale des Douanes et Droits indirects, son service a été informé de l’existence d’un réseau de recyclage de riz avarié entretenu par un groupe d’individus basés à Zoungoudo, dans l’arrondissement de Pahou. Ceux-ci mettent ensuite ce riz impropre à la consommation humaine sur le marché. Expliquant leur mode opératoire, il précise que les membres du réseau recyclent le riz avarié avant de le reconditionner dans des sacs estampillés du logo des sociétés agréées pour la commercialisation du riz au Bénin. En outre, ces sacs portent la mention des dates de péremption qui ne présentent aucune anomalie, dit-il en montrant un emballage sur lequel sont marqués « 2018» comme année de fabrication et « Avril 2021 » pour la péremption et l’Inde comme pays d’origine.

LIRE AUSSI:  Troisième édition du salon de la qualité alimentaire: L’Agro Business Center pour la promotion du riz produit au Bénin

« Avec toutes ces informations, les populations vont se dire qu’elles prennent du riz de bonne qualité alors que c’est du faux », apprécie-t-il, ajoutant qu’ils vendent ce riz à vil prix sur le marché. « La vie des consommateurs est en danger», note-t-il avant d’inviter les populations à faire plus attention aux produits alimentaires achetés sur le marché.
Apportant d’autres précisions, Samadou A. Orou, lieutenant de police chargé du commissariat de Pahou, indique que les deux individus arrêtés sont le promoteur et son employé. Aux dires du fonctionnaire de police, le promoteur estime avoir acheté du riz de bonne qualité et que suite à un problème de séchage lié au stockage, il serait amené à ouvrir les sacs pour procéder à un recyclage puis à un reconditionnement du produit. Cette version du promoteur sera vérifiée par les enquêtes, fait savoir le lieutenant de police.
Le reconditionnement, rectifie docteur Rosaire Attolou, directeur départemental du Cadre de vie et du Développement durable Atlantique-Littoral, répond à des normes. Pour lui, tout reconditionnement de produits alimentaires requiert l’autorisation du ministère de l’Agriculture. A l’en croire, les présumés auteurs des faits en cause n’ont aucune autorisation. De même, poursuit-il, pour tout problème de destruction, de recyclage ou de valorisation, c’est le ministère du Cadre de vie qui est habilité à donner autorisation. Après avoir expliqué tout le processus à suivre en cas de destruction, il informe qu’un laboratoire est sollicité pour l’analyse du produit à partir d’un prélèvement.
Les enquêtes se poursuivent pour connaître le reste du réseau et présenter les membres au procureur de la République du Tribunal de Ouidah.