Recensement national des artisans:Le ministre Modeste Kérékou annonce la relance de l’opération

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Des artisans vont prendre part, dans les jours à venir, à une opération de recensement complémentaire. Ceux qui n’avaient pas pu se faire enrôler en 2019 disposent désormais d’une nouvelle chance. Cette information capitale pour les concernés a été donnée, samedi 27 février dernier à Lokossa, dans le Mono, par le ministre Modeste Kérékou en charge du secteur de l’Artisanat.

LIRE AUSSI:  Ignace Yètchénou, Dga / Centre national du cinéma et de l’image animée: « Si nous faisons du bon travail, le public reviendra au cinéma »

Ceci, en marge d’une causerie-débat qu’il est venu animer conjointement avec sa collègue Véronique Tognifodé Mèwanou en charge des Affaires sociales et de la Microfinance sur le thème « Engagement social du gouvernement ». Le garde des sceaux, Me Séverin Quenum, ministre de la Justice et de la Législation, a parrainé cette rencontre avec des jeunes de Lokossa et ses environs réunis dans le creuset dénommé le Cercle de réflexion et d’action politiques pour le Nouveau départ (Crap-Nd), un mouvement soutenant les actions du gouvernement.
Au dire du ministre Kérékou, nombreux sont les artisans qui, au décompte, n’avaient pu participer à l’opération d’enregistrement biométrique organisée en 2019. Ces artisans, révèle le ministre, ont été victimes des conflits au sein de leurs regroupements ou des manipulations des adversaires politiques du gouvernement. En faveur des artisans concernés, la décision relative à la relance de l’opération de recensement que le gouvernement vient de prendre, justifie le ministre, répond à la volonté de ratisser large pour le projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch).

LIRE AUSSI:  Institut français de Parakou:Déjà 30 années au service de la promotion de la culture

En ce sens, appuie le ministre, l’artisanat fait l’objet d’une attention particulière au niveau du gouvernement. Et de soutenir que l’Artisanat est le deuxième gros employeur de main-d’œuvre au Bénin derrière l’Agriculture. Il est animé, selon le ministre, par la moitié de la population béninoise contribuant à près de treize pour cent du produit intérieur brut (Pib) du Bénin.
Les objectifs visés à travers le recensement biométrique des artisans sont, entre autres, de disposer d’un registre biométrique de métiers, de délivrer aux artisans une carte professionnelle biométrique et de faciliter leur accès aux services du projet Arch, notamment en ses volets assurance maladie, microcrédit et formation. L’opération se déroule dans les 546 arrondissements et concerne tout artisan intervenant dans l’un des métiers de l’artisanat. Selon la nomenclature des métiers adoptée par le décret numéro 176 du 24 mars 2017, le Bénin compte 311 métiers de l’artisanat répartis en quarante corps de métiers et huit branches d’activités.

LIRE AUSSI:  Dialogue national sur l’extrémisme violent: Promouvoir le tourisme par la viabilisation des espaces frontaliers

Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo