Réalisation du fichier électoral :Les postes de réclamation de la LEIP introuvables à Porto-Novo

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


L’opération d’affichage de la Liste électorale informatisée provisoire (LEIP), ultime phase devant aboutir à la mise en place de la Liste électorale permanente informatisée (LEPI) a du plomb dans l’aile à Porto-Novo. L’affichage de la liste est certes effectif, mais les agents devant recueillir les éventuelles réclamations et les dénonciations des citoyens pour traitement, sont introuvables sur le terrain.

LIRE AUSSI:  Lutte contre la malnutrition des enfants dans les communes: Le Can et l’Ancb signent un contrat de partenariat

Les populations en âge de voter dans la ville de Porto-Novo n’ont pas encore trouvé de répondants pour pouvoir formuler leurs éventuelles réclamations et dénonciations, par rapport à la Liste électorale informatisée provisoire (LEIP) affichée depuis le 26 janvier dernier et ce, pour 21 jours ininterrompus. Ce délai est prévu par le Code électoral en son article 299. C’est donc en application de cette disposition que le Conseil d’orientation et de supervision de la LEPI a décidé d’organiser l’opération d’affichage de la LEIP du lundi 26 janvier au 15 février prochain.

Ce qui permet aux citoyens en âge de voter de la consulter pour faire d’éventuelles réclamations. Lesquelles réclamations devront démarrer depuis le 5 février dernier pour prendre fin le 15 février prochain, conformément au calendrier annoncé par le vice-président du Conseil d’orientation et de supervision de la LEPI, Augustin Ahouanvoèbla, lors du lancement des opérations d’affichage, vendredi 23 janvier dernier. Mais le constat est tout autre sur le terrain à Porto-Novo. Plus de cinq jours après le démarrage des opérations de réclamations des citoyens, rien n’est visible à Porto-Novo.

Les centres de réclamation y sont introuvables. Un tour dans la matinée d’hier lundi 9 février dans la ville Capitale du Bénin permet de faire ce triste constat. Cette opération de recueil des réclamations des citoyens n’a pas démarré. Sur les sites d’affichage de la LEIP comme dans les Ecoles primaires publiques d’Avakpa, de Foun-Foun, de Kandévié ou devant le ministère des Enseignements primaire et secondaire à Porto-Novo, rien n’a bougé. Pas de postes de réclamation encore moins d’Agents locaux d’actualisation devant recevoir les populations. Les listes électorales affichées soit aux murs ou sur des tableaux, y trônent dans une indifférence totale.

LIRE AUSSI:  Réélection par K.O du président de la République: Patrice Talon récolte les fruits de son bilan

Le nerf de la guerre

Ainsi, depuis le 5 février dernier, les citoyens en âge de voter de Porto-Novo sont lésés. Ils ne participent pas, faute de postes de réclamations, à cette opération ultime devant déboucher sur la version définitive de la LEPI. Ce que confirme le président de la Commission communale d’actualisation (CCA) de Porto-Novo, Jude Houétognankou. Joint par téléphone hier, il dit avoir reçu depuis le vendredi dernier, tout le matériel nécessaire auprès du COS-LEPI. Selon lui, si les postes de réclamations n’ont pas encore ouvert à Porto-Novo, cela ne dépend pas de la CCA.

Le retard est dû au refus des Agents locaux d’actualisation (ALA) de Porto-Novo qui réclament leurs émoluments pour la phase précédente, en l’occurrence l’opération de ratissage des citoyens en âge de voter. Face à la situation, Jude Houétognankou dégage toute sa responsabilité. Il renvoie la balle au COS-LEPI qui doit faire diligence pour payer ces ALA et leur permettre d’ouvrir ces centres de réclamations. Il dit avoir eu l’assurance du COS-LEPI que ce payement ne va plus tarder. Il devrait être effectif si tout marche bien ce mardi 10 février, signale le président de la CCA/ Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Descente du préfet du Mono dans les communes: Komlan Zinsou face aux conseillers à Grand-Popo et à Comé

Mais comment faire pour rattraper le temps perdu, vu que l’opération prévue pour dix jours ne durera que quelques quatre jours à Porto-Novo? Jude Houétognankou n’a pas pu répondre à cette interrogation. Il informe que la phase de collecte des réclamations n’a pas démarré dans maintes communes de l’Ouémé où même les ALA ont été déjà payés. Ce qui laisse conclure à un bâclage de l’opération d’affichage de la LEIP suivie de l’enregistrement des réclamations et des dénonciations des citoyens sur le terrain.

Une opération importante

Or, l’importance de ces opérations de réclamation n’est pas à démontrer. Les opérations d’affichage devraient permettre, expliquait Augustin Ahououanvoèbla aux citoyens concernés, de vérifier par eux-mêmes leur présence sur la liste et la prise en compte de leurs réclamations éventuelles formulées aux phases précédentes du processus, de relever sur la liste les erreurs matérielles qui affectent encore leurs données à caractère personnel et de s’assurer de leur arrimage au centre de vote choisi. Aussi, est-il possible qu’au cours de cette période de consultation de la LEIP, soit relevés des citoyennes ou citoyens homonymes, c’est à dire portant les mêmes noms et prénoms avec des données à caractères personnels réelles ou fausses dans le même centre de vote ou dans différents centres de vote, des citoyennes ou citoyens décédé(e)s ; des citoyennes ou citoyens mineurs et des citoyennes ou citoyens avec des photos miniaturisées ou avec des photos qui ne concordent pas avec des données alpha numériques recueillies. Toutes ces irrégularités devraient être signalées aux agents d’affichage grâce à cette opération d’affichage pour être prises en compte par le COS-LEPI.