Protection des côtes: Les réalisations du Bénin mises en relief

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


En séjour au Bénin dans le cadre de sa troisième réunion, le Comité régional de pilotage du projet d’investissement pour la résilience des zones côtières en Afrique de l’ouest (Waca Resip) a visité les côtes du Bénin pour constater les efforts du pays en matière de protection de son littoral. C’était vendredi 15 novembre dernier avec une délégation conduite par le ministre de l’Environnement et des Ressources forestières du Togo et le commissaire de l’ Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), Jonas Gbian.

LIRE AUSSI:  Drame fluvial: Des mesures pour éviter les naufrages


Les membres du Comité régional de pilotage du projet d’investissement pour la résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (Waca Resip) ont touché du doigt les efforts consentis par le Bénin pour la protection de sa côte. Conduits par les responsables du programme de protection du littoral contre l’érosion côtière, dans le cadre de la troisième réunion du comité de pilotage du projet Waca Resip à Cotonou du 14 au 15 novembre, ils sont allés sur les différents sites de protection des côtes à Cotonou.
À Akpakpa Dodomè, au niveau de l’épi A, la délégation conduite par le ministre togolais de l’Environnement et des Ressources forestières et le commissaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine en charge de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement, Jonas Gbian, a eu droit à une présentation des activités réalisées à ce niveau.
Selon les explications du responsable de programmation et du suivi-évaluation du programme de protection du littoral contre l’érosion côtière, Esquill Outiclissou, beaucoup d’efforts ont permis de repousser la mer qui a eu à chasser les habitants de la localité d’Akpakpa Dodomè à l’est de Cotonou. Premier site fortement habité, selon Esquill Outiclissou, plus de mille ménages ont été déplacés, certains ont reçu un accompagnement en vue de leur installation bien qu’ils aient illégalement occupé l’espace, sans titre de propriété. Il fait savoir que, lors des travaux, une réserve de sable de plus de treize hectares a été stockée pour des projets futurs que le gouvernement pourrait envisager.
Le trait de côte ayant été repoussé grâce à l’enrochement, l’espace sera valorisé. Le gouvernement a prévu divers projets, précise Esquill Outiclissou. «Toutes ces zones seront mises en valeur. Des investisseurs viendront s’y installer» , a-t-il expliqué. Une autre action forte à souligner, d’après lui, c’est la création d’un lac marin envisagé par le gouvernement au niveau de l’épi A dans la zone de Akpakpa Dodomè.
Outre l’investissement consenti pour protéger la côte au niveau de Cotonou, le gouvernement a aussi engagé des travaux de construction d’une digue immergée à Avleketé dans la commune de Ouidah. Cette digue est de 4000 m3.
Ces différentes activités ont un impact socio-économique énorme, à en croire le responsible de programmation et du suivi-évaluation du programme de protection du littoral contre l’érosion côtière. C’est une bonne note pour le Bénin qui gagne progressivement la lutte contre l’érosion côtière, à la satisfaction des populations riveraines de son littoral.
Dans le cadre de la mise en oeuvre du projet Waca Resip, la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine assure le leadership et la coordination des interventions. Elle fait aussi le plaidoyer pour la mobilisation des ressources financières additionnelles et renforce les capacités des acteurs pour une prise en compte adéquate des risques côtiers.

LIRE AUSSI:  Dévastation des ressources naturelles dans le Nord-Bénin: Les maires du Borgou-Alibori tirent la sonnette d’alarme