Promotion des droits des enfants au Bénin: L’Unicef et les têtes couronnées mettent en place un cadre

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les dignitaires du culte Vodoun et l’Unicef dans la même barque pour mettre la lumière sur les droits des enfants. Ils ont mis en place, hier jeudi 3 septembre, un Cadre de concertation des dignitaires et chefs du culte Vodoun pour la promotion des droits de l’enfant. C’était au palais royal Djidémè d’Ahouannonzoun dans la commune d’Allada.

LIRE AUSSI:  11e édition des Universités des Notaires d’Afrique: Œuvrer à l’appropriation du droit de la copropriété verticale

Aux nouveaux défis, de nouvelles démarches! Le tandem Unicef Bénin-têtes couronnées vient d’être créé pour le bonheur des enfants. L’installation hier à Ahouannonzoun, dans la commune d’Allada, du Cadre de concertation des chefs de couvents, dignitaires et rois pour la promotion des droits des enfants au Bénin, donne enfin corps à ce projet qui date de 2011. C’est un pas de géant qui met en lumière les droits des enfants au cœur des pratiques traditionnelles au Bénin.

Une victoire

La mise sur pied de ce creuset, selon la représentante résidente de l’Unicef au Bénin, Anne Vincent, est une victoire en ce sens qu’il permettra d’allier tradition et droits de l’enfant.
On estime à six sur dix le nombre de Béninois, toutes catégories confondues, adeptes du culte Vodoun. D’où l’utilité pour l’institution d’intégrer aussi la protection des enfants dans les couvents au centre de ses priorités. C’est dans ce cadre, explique sa représentante au Bénin, que le partenariat Unicef, ministère en charge de la Famille et Association nationale pour la défense et pour le renouveau des cultes traditionnels (ANDRCT), présidé par le 13è roi de la localité, Sa Majesté Kponan Kpodjro Agbomassoatin, a germé pour promouvoir les droits des enfants vivant dans les couvents auprès des chefs traditionnels. Lequel tandem, au démarrage en 2011, a intégré cinq communes du département de l’Atlantique que sont Allada, Toffo, Tori, Zè et Kpomassè. Ce qui, à l’en croire, représente 157 couvents de Vodoun et a permis de recenser 372 enfants en cours des cérémonies d’initiation dont 66% de filles.
Trois années plus tard, le partenariat sera élargi aux communes de Sô-Ava, Bohicon et Za-kpota. Au niveau desdites localités, explique Anne Vincent, 353 nouveaux couvents ont été recensés. Avec 1065 enfants en initiation dont 505 filles contre 560 garçons. Cette synergie d’actions, se réjouit-elle, a favorisé la réduction de la durée de l’initiation des enfants de trois ans à trois mois dans des couvents et à la réduction des scarifications. Mieux, le partenariat a abouti à l’internement des enfants au couvent pendant les vacances pour leur permettre d’aller à l’école, à l’amélioration de leur cadre de vie dans les couvents. Leur accès aux soins de santé moderne est devenu également une réalité.

LIRE AUSSI:  Situation des migrants en Libye: Treize députés interpellent le gouvernement

Changements dans les pratiques ancestrales

La cérémonie d’hier vient renforcer davantage ces efforts. De nouveaux changements devront être opérés dans les pratiques traditionnelles afin de permettre la protection des enfants avec comme bonus, la réduction des scarifications sur leurs corps, a précisé Sa Majesté Kponan Kpodjro Agbomassoatin, 13è roi d’Ahouannonzoun et président de l’ANDRCT.
Anne Vincent plaide pour que les enfants n’ayant pas encore accès aux soins de santé de base, puissent en bénéficier. Pour elle, le moment est venu de «généraliser les bonnes pratiques dans tous les couvents du Bénin, de réduire la dot d’initiation». Son plaidoyer vise également à « faciliter l’obtention de l’acte de naissance des enfants après leur initiation et à privilégier la période des vacances pour toute initiation d’enfants ».
Le creuset mis sur pied, explique-t-elle, devra régulièrement procéder à l’évaluation des conditions de vie des enfants initiés et développer des outils qui pourront être déclinés dans toutes les communes du Bénin.
Offrir plus de chances aux enfants dans les domaines de la santé et de la protection constitue donc une barrière contre les nombreuses inégalités qui les touchent, a-t-elle insisté.

LIRE AUSSI:  Audiences au président de l’Assemblée nationale : Des questions de coopération et de développement au menu

Anne Vincent élevée au rang de dignitaire du culte Vodoun

Visiblement très satisfaits de la démarche de la représentante résidente de l’Unicef au Bénin, les têtes couronnées présentes à la rencontre, ont voulu marquer d’une pierre blanche la cérémonie. Ainsi, Anne Vincent a été élevée au grade de dignitaire du culte Vodoun. Son nom d’initiation : « Vinan Ayidé », qui signifie littéralement, « l’enfant nous inspire une bonne idée ». Avec ce titre, elle a désormais accès à tous les couvents du Bénin. Ce sont ces nombreuses actions en faveur des enfants qui lui ont valu cette élevation.
« Elle est ‘’nan des hounkpamè’’ du Bénin, car c’est en son nom et en son temps que cette alchimie a été introduite au Bénin », se réjouit le roi d’Ahouannonzoun Kponan Kpodjro Agbomassoatin. Un couronnement qui vient sans doute la conforter dans ses actions de défense et de promotion des droits des enfants au Bénin.