Promotion de la gouvernance participative et des droits de l’Homme: L’Union européenne appuie le Parlement avec un projet de 265 millions F Cfa

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Ce projet contribuera positivement à l’amélioration de la gouvernance politique et au respect des droits de l’homme

Le premier vice-président du Parlement, Eric Houndété, a officiellement lancé, ce lundi 23 avril, le Projet d’appui à l’Assemblée nationale du Bénin pour la promotion de la gouvernance participative et les droits de l’Homme. Ce nouveau projet mis en œuvre par l’Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (Nimd) est financé par l’Union européenne pour une durée de deux ans.

LIRE AUSSI:  Porto-Novo : Un budget de 4,8 milliards F Cfa pour 2018

L’Union européenne scelle un nouveau partenariat avec l’Assemblée nationale. Après le programme Awépa arrivé à terme, elle renouvelle son soutien à l’institution parlementaire à travers le Projet d’appui à l’Assemblée nationale du Bénin pour la promotion de la gouvernance participative et des droits de l’Homme. Ce nouveau projet est mis en œuvre par l’Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (Nimd) pour la période allant de mars 2018 à mars 2020. 

D’un coût global de 450 000 euros, soit un peu plus de 265 millions F Cfa, ce projet vise à contribuer positivement à l’amélioration de la gouvernance politique et au respect des droits de l’Homme, en accompagnant le Parlement dans sa contribution à la promotion et à la protection des droits de l’Homme et au renforcement de la gouvernance participative. Cet objectif a été décliné en plusieurs actions réalisables sur les deux ans que durera le projet.
Il s’agira essentiellement de soutenir la Représentation nationale dans ses activités liées à la promotion des droits de l’Homme, au renforcement de la contribution de l’Assemblée nationale aux travaux de la Commission béninoise des droits de l’Homme (Cbdh) et dans la mise en œuvre des recommandations de l’Examen périodique universel (Epu) des Nations Unies sur les droits de l’Homme. Ces actions consisteront essentiellement à renforcer le plan de communication de l’Assemblée nationale en mettant l’accent sur les interactions avec la Société civile et les citoyens via l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (Tic) et les réseaux sociaux et à mettre en place un système de suivi de l’application des lois et interpellations du gouvernement en matière de promotion des droits de l’Homme.
Le projet prévoit également d’appuyer l’organisation des auditions publiques et des séminaires de renforcement des capacités des députés et des assistants des commissions sur les techniques de rédaction des lois et des amendements, avec un focus sur la promotion des droits de l’Homme.

Les activités démarrent

La mise en œuvre de toutes ces actions a pris corps depuis, ce lundi 23 avril, avec le lancement officiel du projet par le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété, président du comité de pilotage dudit projet. Pour lui, le lancement de ce nouveau programme après Awépa, témoigne une fois de plus de la volonté et de l’engagement constant de l’Union européenne à accompagner le Bénin à travers des programmes de développement. « Ce programme me paraît très ambitieux et cadre avec les réformes politiques et institutionnelles en cours dans notre pays », note Eric Houndété. Il trouve également salutaire pour l’avenir politique du Bénin la pérennisation des activités touchant au volet politique à travers les dialogues politiques et les dialogues interpartis et qui vise, entre autres, la création d’une école politique pour assurer la formation des jeunes cadres des partis politiques. Au regard donc de l’importance de ce projet, le premier vice-président de l’Assemblée nationale appelle tous ses collègues députés à s’engager à fond pour l’atteinte de ses objectifs. Lesquels objectifs ont été présentés de long en large aux députés, lors de la cérémonie de lancement du projet, par Josiane Foundohou, représentante de Nimd Bénin.
Ce programme s’inscrit parmi les nombreuses initiatives financées grâce à l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’Homme (Ieddh), un des principaux outils à la disposition de l’Union européenne pour soutenir les initiatives de défense des libertés fondamentales et démocratiques dans les pays où l’Ue est présente, précise le représentant du chef de la Délégation de l’Union
européenne au Bénin, Alessandro Tedesco.
Le projet s’insère dans le cadre de la revitalisation du débat sur les questions de droit de l’Homme, ajoute-il, avant de passer en revue les nombreuses autres réalisations de l’Ue au Bénin palpables dans plusieurs domaines dont surtout la contribution de l’Union dans la mise en place de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) entre 2009 et 2014 pour un montant de 12,8 millions d’euros.

LIRE AUSSI:  Consommation de bouillons ‘’cubes’’: Ces petits poisons dans les assiettes