Promotion de la destination Bénin: L’Apiex à la conquête des investisseurs de Shaoxing

Par Ariel GBAGUIDI (Stag.),

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


Atouts, opportunités, réformes et dispositif d’assistance et d’accompagnement des investisseurs étrangers… Le directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex) promeut le Bénin auprès des investisseurs de Shaoxing en Chine. L’opération de conquête menée depuis quelques jours par Laurent Gangbes et son équipe, s’inscrit dans le cadre de la tenue du premier forum Chine-Afrique de coopération économique, commerciale et de développement de Shaoxing.

LIRE AUSSI:  Formation des acteurs chargés de la gestion des biens publics: Pour assainir les Finances publiques


L’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex) va à la conquête des investisseurs de la ville de Shaoxing en Chine. A l’invitation du Professeur Justin Yifu Lin, doyen de l’Institut des nouvelles économies structurelles de l’Université de Beijing et l’un des célèbres architectes du développement fulgurant de la Chine à partir des années 80, le directeur de l’Apiex prend part au premier forum Chine-Afrique de Coopération économique, commerciale et de développement de Shaoxing. Occasion pour lui de convaincre les investisseurs de Shaoxing à s’intéresser au Bénin.
Au cours de son intervention, Laurent Gangbès a dévoilé les atouts du Bénin, les réformes mises en œuvre, le dispositif d’assistance et d’accompagnement des investisseurs mis en place par l’Apiex.
S’agissant des atouts, il a évoqué la stabilité politique et démocratique du Bénin, la position géostratégique du pays qui, rappelle-t-il, se trouve au cœur d’un marché de plus de 300 millions de consommateurs avec un accès préférentiel aux marchés de l’Uemoa et de la Cedeao. Il cite également les accords Ape et Agoa qui permettent l’accès des produits transformés sur le sol béninois, aux marchés européen et américain.
En ce qui concerne les réformes, le directeur général de l’Apiex a mentionné le renforcement du cadre juridique pour sécuriser les investissements, le code des investissements et la loi sur les Zones économiques spéciales (Zes), l’une des plus compétitives au monde. Il a conclu son adresse à l’endroit des investisseurs présents en énumérant les raisons pour lesquelles ils doivent investir au Bénin, notamment l’environnement du pays sécurisé et propice aux affaires, la lutte contre la corruption et la lenteur administrative ainsi que le dispositif d’accueil, d’assistance et d’accompagnement mis en place par l’Apiex.

LIRE AUSSI:  Bonne gestion de la dette publique: Le prix Global Markets 2019 décerné au Bénin à Washington

Visites de sites

En marge de ce forum, plusieurs rencontres et visites de sites sont prévues entre des investisseurs chinois de Shaoxing et l’Apiex. Il s’agit, par exemple, de la visite des installations de l’usine de perruques du Groupe Huayang dans la province du Xinjiang; groupe avec lequel le gouvernement béninois a engagé des négociations pour l’installation d’une unité de production de perruques dans la Zes de Sèmè-Podji.
Laurant Gangbès prévoit également une séance de travail avec le professeur Justin Yifu Lin qui conseille le gouvernement béninois sur le développement des Zes et le dispositif mis en place pour rendre attractive l’implantation des industriels chinois au Bénin.
Notons que la visite de travail du premier responsable de l’Apiex est la suite logique de sa première visite en Chine en juillet 2019. Visite qui a produit des résultats concrets dont l’arrivée de plusieurs investisseurs chinois au Bénin. Ces derniers ont effectué des visites de prospection avec une dizaine de projets d’investissements en phase de mise en œuvre, notamment dans le secteur du textile. La majorité de ces projets visent le développement industriel du Bénin et sont totalement en phase avec le Programme d’action du gouvernement.
Pour Laurent Gangbès, l’industrialisation est la clé du développement de la plupart des pays avancés. C’est aussi l’une des portes de sortie du chômage et du sous-emploi. A l’en croire, les entreprises chinoises se trouvent à un stade de leur développement qui les conduit à chercher à s’implanter en Afrique pour bénéficier des bas coûts de main d’œuvre, et le Bénin doit en profiter. C’est la raison pour laquelle, dit-il, l’Apiex travaille sans relâche pour que le Bénin bénéficie de ces nombreux emplois en perspective.