Promotion de l’agriculture dans la Vallée de l’Ouémé: 200 jeunes entrepreneurs agricoles sur le terrain

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Jeune Entrepreneur de la Vallée de l’Ouémé

La secrétaire générale du ministère chargé de l’Agriculture, Françoise Assogba Komlan a lancé, ce mardi 17 avril, la session de soutenance des plans d’affaires d’une première vague de 200 jeunes entrepreneurs agricoles outillés par le Projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (Paia-Vo). La cérémonie s’est déroulée au Centre de promotion de l’entreprenariat agricole (Cpea) de Kétou qui a abrité une partie de la formation de ces stagiaires.

LIRE AUSSI:  Mairie de Cotonou: La loi sur le bail à usage d’habitation exposée

Impulser une agriculture de type nouveau qui tient compte du changement climatique, tel est l’objectif principal de la formation organisée au profit de 200 jeunes entrepreneurs agricoles sélectionnés par le Projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (Paia-Vo). Ils proviennent des quinze communes de la basse et moyenne vallées de l’Ouémé. Ils ont été outillés dans le cadre de la mise en œuvre du volet « Formation à l’entreprenariat agricole », une des composantes du Paia-Vo financé par le groupe de la Banque africaine de développement (Bad) et l’Etat béninois pour développer les filières maïs, riz et cultures maraichères.
Ces 200 bénéficiaires constituent une première vague sur un total de 2500 jeunes dont 650 femmes prévus pour être impactés à terme par le projet. Ils ont renforcé techniquement leurs capacités pendant deux mois dans les Centres de promotion de l’entreprenariat agricole (Cpea) de Kpomassè, de Zagnanado et de Kétou où ils ont achevé leur apprentissage.
La fin de formation a été sanctionnée par la soutenance de leurs plans d’affaires pour permettre à chaque bénéficiaire de montrer son engagement à réussir sur le terrain. La session de soutenance publique a démarré, ce mardi 17 avril, et se poursuit jusqu’à demain. Chacun des bénéficiaires passe, tour à tour, devant un jury pour défendre son plan d’affaires et démontrer comment son activité agricole ou para-agricole va révolutionner l’agriculture au Bénin.
Cette session de soutenance a été officiellement lancée hier par la secrétaire générale du ministère chargé de l’Agriculture, Françoise Assogba Komlan. Au nom du ministre Gaston Dossouhoui, elle a insisté sur l’importance de cette initiative du Paia-vo devant permettre au Bénin de répondre un tant soit peu aux problèmes de chômage des jeunes et de booster la sécurité alimentaire, grâce à une agriculture plus dynamique parce que menée par des acteurs techniquement au point.

Une lourde mission

Le coordonnateur du Paia-Vo abonde dans le même sens. Jean Kokoyè revient sur l’intérêt de cet exercice de soutenance de plans d’affaires qu’il a voulu bien faire passer aux jeunes entrepreneurs agricoles. Un exercice au cours duquel chacun d’eux aura à se rendre compte de la lourde mission qui leur est désormais assignée. Selon lui, les plans d’affaires les plus méritants seront validés et les concepteurs seront appuyés et dotés d’un kit d’installation agricole à travers un fonds levier prévu à cet effet. Mais ces subventions ne sont pas des dons. C’est une sorte de prêt que les bénéficiaires doivent rembourser une fois installés. Jean Kokoyè rassure de la disponibilité du projet à suivre les bénéficiaires sur le terrain, à travers beaucoup d’acteurs qui vont les accompagner dans la réalisation de leurs rêves déclinés en actions concrètes dans leurs plans d’affaires. Toutes choses que salue aussi, le directeur général du Centre de partenariat et d’expertise pour le développement durable (Ceped), Assan Séïbou, également partie prenante du volet formation à l’entreprenariat du Paia-Vo. Il trouve que les ambitions de ce projet vont permettre d’améliorer le plateau technique des Centres de promotion à l’entreprenariat agricole (Cpea). Lesquels centres constituent un dispositif exceptionnel pour le développement des métiers d’agriculture et para-agriculture, une des priorités du Programme d’action du gouvernement (Pag) pour lutter contre la pauvreté au Bénin.
La délégation a suivi la soutenance de deux plans d’affaires suivie de remise d’attestation inaugurale à cette première vague de jeunes entrepreneurs agricoles que promettent de parrainer le maire d’Akpro-Missérété. Michel Bahou annonce d’être le porte-parole des bénéficiaires de cette formation auprès de ses quatorze autres collègues des communes cibles du projet, pour la réussite de cette nouvelle expérience qui va contribuer à l’autonomisation des jeunes sur le terrain?

LIRE AUSSI:  Visite de la présidente de la Confédération suisse au Bénin: Doris Leuthard exhorte à un nouveau leadership féminin