Programme «Empathetic eyes»/expositions photographique : Des violences et faits sociaux vus à travers les objectifs des adolescents

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


En novembre 2015, l’association Kulturforum Sud-Nord a lancé un stage de photographie au profit des adolescents recrutés à travers plusieurs localités du Bénin. La finalité de ce projet, c’était de faire d’eux des remparts contre certains fléaux sociaux, en immortalisant à travers des prises de vue, certaines scènes à des fins de sensibilisation. Samedi 9 avril dernier à l’Institut français de Cotonou, lesdites photographies ont été présentées au public à travers une exposition.

LIRE AUSSI:  En raison de la journée de la citoyenneté: La campagne électorale au ralenti dans la 15e circonscription électorale

Sur la quarantaine de stagiaires recrutés au départ dans le cadre du programme «Empathetic eyes» de l’association Kulturforum Sud-Nord, seuls les plus endurants et les plus assidus sont parvenu à l’étape finale, celle de l’exposition des images prises sur plusieurs semaines. Ceux-là auront entre autres parcourus toutes les étapes du programme et s’en sont tirés à chaque fois avec brio. En initiant un tel programme, Kulturforum Sud-Nord et son responsable Stephen Köhler entendait « encourager ces jeunes à exprimer visuellement des situations indescriptibles dues aux violences de personnes envers d’autres et à la souffrance, l’angoisse, l’endommagement d’une âme, causé par l’agression incompréhensible envers des filles et des garçons… ». Pour ce faire, ils ont subi des stages initiatiques en prise de vue au mois de novembre 2015 animés par Zanele Muholi et Lindeka Quampi, deux photographes sud-africaines de renom, connus pour la dénonciation des faits sociaux. Ces photographes en herbe ont aussi été à l’école de médiateurs comme Yannick Folly, Isabelle Bangbola et Marilin Hounkponou avec qui ils ont eu un contact permanent et un coaching personnalisé.
Samedi 9 avril dernier, il était question pour les organisateurs de présenter à la phase du monde, les vues prises durant tout le processus par les adolescents. Lesquelles ont subi toutes les étapes inhérentes à un tel évènement, notamment la sélection. « Une partie des photos, représente, une protestation personnelle des jeunes photographes, mais aussi un moyen de sensibilisation à l’endroit des spectateurs, afin de ne plus accepter, pour eux et pour les autres, des menaces physiques et psychologiques, ainsi que des maltraitances envers les mineurs », expliquait Stephen Köhler à l’occasion du vernissage. Pour ce qui concerne les photos thématiques, elles sont plutôt des mises en scène de situations traumatisantes, que les jeunes photographes ont observées autour d’eux, mais ne pouvaient pas capter en direct.

LIRE AUSSI:  Conseil économique et social: Un bilan positif en 2017, malgré les vicissitudes

Emotion !

La troisième partie de l’exposition illustre « le dynamisme de la communauté des jeunes participants à l’atelier et leur vision d’une société qui peut s’améliorer en identifiant ses mauvaises pratiques et en s’attelant à s’en débarrasser », soutient Stephen Köhler. Comme il fallait s’y attendre, l’émotion était à son comble à l’exposition de ces photographies. Le public partagé entre stupéfaction, émotion et admiration a pu contempler des images présentant en grande partie le quotidien des populations béninoises, mais aussi et surtout des abus contre lesquels le silence est encore total.
Harry van Djik, ambassadeur des Pays-Bas près le Bénin en est tout aussi ému, surtout que, selon lui, certains parmi les exposants n’ont jamais touché un appareil photo. « Ils ont très bien réussi à montrer leur vision et ce qui se passe autour d’eux sur les violences faites aux femmes et le travail des enfants censé s’instruire », estime le diplomate. « Quand on voit les photos, on a un très bon aperçu du sujet et on voit avec quelle perspicacité, les enfants ont analysé les situations ». Certaines situations l’ont particulièrement émotionné, mentionne-t-il. «Ce qui me touche le plus, c’est les photos dans lesquelles on voit les enfants qui travaillent sur les bâtiments. Un enfant de moins de 10 ans qui porte une brouette avec du ciment. En tant que père de famille, ça me touche. L’enfant devrait être à l’école », déplore l’ambassadeur des Pays-Bas près le Bénin. ?