Programme d’appui au secteur du développement rural: Réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Bonaventure Kouakanou, a lancé, jeudi 10 septembre dernier à Natitingou, le Programme d’appui au secteur du développement rural 3e phase (Pasder3). C’était en présence de Björn Schranz, directeur résident suppléant de la Coopération suisse au Bénin et des autorités politico-administratives de la ville de Natitingou.

LIRE AUSSI:  Bio Sarako Tamou, maire de Banikoara: « Je place mon mandat sous le signe de l’excellence »

Contribuer à l’amélioration durable des conditions de vie des populations rurales dans 27 communes du Nord du Bénin, à réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Tel est l’objectif que vise le Programme d’appui au secteur du développement rural phase3 (Pasder3).
Son lancement officiel a eu lieu, jeudi 10 septembre dernier. Il doit permettre de consolider les acquis des deux premières phases et d’opérer une mise à l’échelle à travers son extension spatiale en vue de couvrir toutes les 27 communes des départements du Borgou-Alibori et de l’Atacora-Donga.
Bonaventure Kouakanou, directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a relevé que le lancement du Pasder3 marque un nouveau départ et constitue une initiative fort louable au profit des paysans. L’agriculture demeurant le principal levier de développement, le ministère, assure-t-il, jouera entièrement sa partition, dans la mesure où ce programme intègre les priorités contenues dans le Programme d’action du gouvernement (Pag).
Taté Ouindéyama, maire de Natitingou et président de l’Association des communes de l’Atacora-Donga, s’est réjoui du choix porté sur la cité des Nanto pour le lancement du programme qui contribuera au développement socio-économique de la région en vue de la réduction de la pauvreté.
Des propos que confirme Abdoulaye Affo, secrétaire général du département de l’Atacora, qui relève que le programme marque la continuité fructueuse de la collaboration dont fait montre la Coopération suisse depuis son implantation au Bénin, dans des domaines vitaux et stratégiques. Il en a profité pour lui témoigner toute sa gratitude et celle du gouvernement.
Ainsi, Demmon Djegga, président de l’Union départementale des producteurs du Borgou-Alibori, n’a pas tari d’éloges vis-à-vis du consortium Swisscontact-Lares qui assure la gestion stratégique, opérationnelle et financière du Pasder3. Pour avoir bénéficié des deux premières phases, il a promis de mettre son expérience au service des communes de l’Atacora-Donga et des autres.
Christiane Dèhouè, chef de file du consortium Swisscontact-Lares, a annoncé que la 3e phase est prévue pour quatre ans et dispose d’un financement d’environ 6 milliards F Cfa.

LIRE AUSSI:  Viol sur mineure (Cour d’assises de Parakou, 11e dossier): Dix ans de réclusion criminelle pour François Elégbédé

Des dispositifs de lave-mains et du crédit agricole

Face à la crise de la pandémie du Covid-19 qui impacte négativement les activités agricoles, il a été prévu, pour appuyer les organisations socioprofessionnelles, un crédit agricole avec des dispositifs modernes de lavage de mains et consommables/intrants agricoles. Tout cela, assure-t-elle, sera implémenté dans une approche d’intervention globale, inclusive et innovante pour 9 filières : pomme de terre, mangue, lait, viande, oignon, maïs, soja, manioc, riz, igname dans une dynamique de croissance soutenue.
Pour Björn Schranz, directeur résident suppléant de la Coopération suisse au Bénin, le Pasder 3 s’inscrit dans la dynamisation de l’économie locale. Pour éviter les chocs exogènes dus à la fermeture de la frontière avec le Nigeria et l’apparition de la Covid-19, le directeur résident suppléant a évoqué l’introduction de nouvelles filières mais également la dotation en moyens afin de susciter le développement d’autres chaines de valeur ainsi que la création des opportunités d’emploi pour les jeunes.