Programmation budgétaire et économique 2016-2018: La vulgarisation du document lancée à Kétou

Par Site par défaut,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


Mue par la volonté de faire participer les populations à l’élaboration du budget de l’Etat, la Direction générale des Affaires économiques (DGAE) du ministère de l’Economie, des Finances et des Programmes de dénationalisation organise une campagne de vulgarisation du Document de programmation budgétaire et économique 2016-2018. C’est Fatima Sékou Madougou, directrice adjointe de cabinet du ministre, qui a lancé l’opération, hier lundi 24 août à Kétou à l’intention des agents des mairies et des acteurs de la Société civile de l’Ouémé-Plateau et de l’Atlantique-Littoral.

LIRE AUSSI:  Développement agricole : Les défis de la filière karité

Vulgariser le Document de programmation budgétaire et économique, obtenir une meilleure participation des populations au processus de discussion du budget de l’Etat en vue d’une élaboration tenant compte de leurs besoins. Tels sont les objectifs visés par la Direction générale des Affaires économiques(DGAE) à travers l’organisation d’un atelier de présentation du document aux agents des mairies et aux Organisations de la société civile.

Au cours de la cérémonie de lancement hier lundi 24 août de l’atelier de Kétou destiné aux départements de l’Ouémé-Plateau et de l’Atlantique-Littoral, Fatima Sékou Madougou, directrice adjointe de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et des Programmes de dénationalisation, a expliqué que «l’initiative est une première dans l’histoire budgétaire» du Bénin. Elle répond, selon elle, à une prescription de la loi n°2013-14 du 27 septembre 2013 portant loi organique relative aux lois des finances de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). De même, a-t-elle poursuivi, l’initiative s’inscrit dans une démarche qualité pour évaluer la performance du système de gestion des finances publiques du pays. Le respect et la mise en œuvre de ces directives, a-t-elle déduit, dénotent de l’importance que le gouvernement accorde à l’approche participative en matière de gestion de la chose publique.

LIRE AUSSI:  Développement agricole : Les défis de la filière karité

Une plaquette synthèse

Parlant du document à présenter aux participants, le directeur général des Affaires économiques Aristide Médénou a précisé qu’il s’agit d’une plaquette synthèse des orientations économiques du budget de l’Etat. Il a indiqué qu’en dehors de la version française, cette plaquette est aussi disponible dans trois langues nationales, à savoir le fon, le yoruba et le dendi. Cette opération, a-t-il souligné, a pour but de «libérer l’information sur les grandes options du budget général de l’Etat restées trop longtemps enfermées dans les bureaux». C’est pourquoi, même la version originale est écrite en français facile, a laissé entendre Aristide Médénou. A ce sujet, Yasmine Galloul, chargée de programme à la GIZ, a révélé que la plaquette est réalisée par une équipe de la DGAE ; de Social Watch et de la GIZ dans une approche inclusive. Mieux, a-t-elle souligné, la plaquette a permis de transformer le langage officiel du document en un format accessible à l’ensemble de la population.

LIRE AUSSI:  Transfert d’argent, billetterie et voyage: Africa Finance ouvre une deuxième agence à Cotonou

Le budget doit être accessible

Pour sa part, Gustave Assah, coordonnateur national du réseau Social Watch Bénin, a soutenu que le budget de l’Etat doit être accessible. Dès lors, il s’est réjoui de l’organisation de l’atelier pour la vulgarisation du document qui, selon lui, a un avantage certain pour les Organisations de la Société civile spécialisées dans le contrôle citoyen. Il n’a pas manqué d’inviter les Organisations de la Société civile à «prêter main forte aux autorités communales pour une large vulgarisation du contenu de la plaquette et un meilleur suivi de l’élaboration et de l’exécution des budgets communaux».
Au cours de l’atelier, les participants ont suivi une communication suivie de débats sur le document. De même, une émission interactive en français et en yoruba sur Radio Alaketou a été prévue pour permettre aux populations d’échanger avec les techniciens de la question sur les grandes lignes des orientations.
Notons que les autres départements, deux à deux, recevront à tour de rôle l’équipe de vulgarisation du document.