Prise de pouvoir du successeur du roi Tossoh Gbaguidi XIII : Le prince Alexandre Sèvègni Gbaguidi investi roi de Savalou ce jour

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Ce jour, vendredi 5 juin ne sera pas un jour comme les autres dans la commune de Savalou. Il consacrera la sortie officielle du XIVè occupant du trône de Soha, le premier roi de la localité. Et c’est celui qui est connu jusque-là comme étant le prince Alexandre Sèvègni Gbaguidi qui prendra en main le gouvernail, à la suite du roi Tossoh Gbaguidi XIII, désormais du côté des ancêtres.

LIRE AUSSI:  Retour de biens culturels au Centre de Lobozounkpa: 27 objets patrimoniaux en route vers le Bénin

Ambiance des grandes fêtes ce jour dans la commune de Savalou, et tout particulièrement au palais royal. Le trône laissé vacant par l’ancien roi de la localité qui a répondu à l’appel des ancêtres depuis le 18 septembre 2014 verra donc s’installer le tout nouveau souverain, le prince Alexandre Sèvègni Gbaguidi. Lequel avait été désigné sous la supervision du Conseil des sages par le Fâ, l’oracle. Et qui depuis lors, dans le secret des choses, a été préparé pour prendre possession du trône. Le roi qui sera investi ce jour était en internement depuis le 29 mai dernier, loin de tous les regards indiscrets. Pendant cette phase, a expliqué Hermès Gbaguidi, l’un des princes du palais et par ailleurs très impliqué dans les manifestations relatives à la sortie officielle du nouveau roi, le souverain va renforcer ses connaissances sur le royaume, son histoire, mais aussi et surtout sur ses interdits. En un mot, dit-il, « il apprendra à se tenir comme un roi ». C’est donc là l’objectif de la retraite dont il fait l’objet et qui lui permettra de devenir un chef complet dès la fin dudit rituel. « Il entre en internement comme un roi désigné et en sort roi accompli », indique Hermès Gbaguidi. L’un des temps forts de cet internement astreint le nouveau souverain à un rituel qui part du palais royal et le conduit respectivement à Sohahonou, mausolée du fondateur du royaume, Sohonou, un lieu de recueillement, Azakahonou, le temple du vodoun royal, Agbadahossa, haut lieu de prise de décisions, Hèbiossohoué, le temple de la divinité Hébiosso, Lissahonou, Konouhoué, avant de revenir de nouveau dans son palais. Contrairement à ce qui s’observe ailleurs, le nouveau roi aurait été déjà intronisé loin des regards indiscrets, devant quelques princesses et princes privilégiés et devant le temple des Assin, a aussi confié Hermès Gbaguidi.

LIRE AUSSI:  Célébration des 50 ans de scène de Nel Oliver: Sous le signe d’un nouveau pacte avec les mélomanes

Pour ce qui est de son style vestimentaire, il faudra attendre ce jour, à l’occasion de sa sortie officielle, pour voir quel accoutrement adoptera le nouveau roi.

Le prince Alexandre Sèvègni Gbaguidi est mort !

A compter de la cérémonie de ce jour, toute personne qui se hasarderait à appeler dorénavant, et surtout en public le nom Alexandre Sèvègni Gbaguidi pour désigner le roi de Savalou est un homme en danger, a expliqué Hermès Gbaguidi. Jusqu’à hier, l’homme pouvait être considéré encore, en dépit des phases préliminaires déjà franchies dans le processus de son intronisation, comme le prince Alexandre Sèvègni Gbaguidi. Mais dès lors qu’il a été officiellement investi, ce nom n’existe plus. «Plus personne n’a le droit de le désigner comme tel », prévient Hermès Gbaguidi. D’ailleurs, suivant ses explications, une double cérémonie est organisée autour des noms du nouveau souverain. La première, pour lui racheter son ancien nom, celui de prince, donc Alexandre Sèvègni Gbaguidi et la seconde, pour vendre à l’assistance son nouveau nom, celui du souverain qu’il est devenu et qu’il portera à vie. A partir de ce moment, toute personne qui se hasarderait à l’appeler par son nom à l’état civil offense le trône de Salavou et toutes les divinités de la localité, puisqu’ici, dira Hermès Gbaguidi, le roi est considéré comme le chef suprême des divinités. Un tel crime ne pouvant rester impuni, les adeptes de toutes les divinités, selon son récit, se mettront en transe et crieront le nom du fautif. Ceci, jusqu’à ce que des personnes indiquées pour cette fin ne recueillent auprès du mis en cause, la liste des ingrédients qu’on lui aurait indiqués en amont pour laver l’affront d’avoir appelé le nom du roi.

LIRE AUSSI:  L’auteur et metteur en scène José Pliya au sujet du festival: «Je trouve que l’édition de cette année à un coup de génie et de réussite»

De nombreuses personnalités attendues

Plus qu’une simple cérémonie de présentation officielle et de première sortie d’un nouveau souverain, la cérémonie de ce jour au palais royal de Savalou se veut un évènement grandiose. Il est prévu, selon les informations, une retransmission en direct sur la télévision nationale et même une retransmission sur des chaînes de télévision privées. Mais cela n’empêchera pas le palais de recevoir du monde. Il y est attendu une flopée de personnalités politiques, administratives et du corps diplomatique. Modernité oblige peut-être, les Savalois ont fait l’option d’élargir la sortie officielle de leur nouveau roi à tous ceux qui ne désirent pas se faire conter l’évènement. Il y aura donc du monde et des personnalités venues de partout. Et pour ce qui est de la disponibilité d’espace pour contenir cette foule, Hermès Gbaguidi, l’un des acteurs clés de l’organisation se veut rassurant.
En dehors de ces personnalités, il est aussi attendu et cela semble bien une évidence, de nombreuses têtes couronnées, mais aussi et surtout des princes et princesses de la cité de Savalou, de tous les horizons. Ceux-là, Hermès Gbaguidi les souhaite même très nombreux, puisqu’étant concernés au premier chef par l’intronisation du nouveau souverain de leur cité natale.