Prise de médicaments génériques: Les raisons de la réticence des populations

Par Désiré GBODOUGBE,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun| 42 lecteurs


Conçus et fabriqués pour réduire le coût onéreux de la prise en charge des maladies, les médicaments génériques sont aussi efficaces que les médicaments de référence. Et pourtant ils sont de moins en moins consommés dans les pays en développement pour lesquels ils sont destinés. Comment expliquer cette réticence de la part des populations démunies ?

LIRE AUSSI:  Diabète: La prévention pour réduire les risques

Des milliers de personnes meurent chaque année de maladies infectieuses et contagieuses faute de pouvoir accéder à des traitements efficaces. La plupart d’entre elles vivent dans des pays en développement où, les infrastructures font défaut et les moyens financiers, cruellement absents. La crise financière aussi a contraint les gouvernements partout dans le monde à veiller à l’efficacité et à l’égalité d’accès aux produits et services de santé, avec un contrôle des dépenses de médicaments, en veillant à leur accessibilité, par entre autres mesures, l’accès aux médicaments génériques. L’utilisation desdits médicaments, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pourrait permettre d’économiser environ 60% des dépenses pharmaceutiques.

C’est donc pour faciliter l’accès de tous aux médicaments de qualité et des soins efficaces que les médicaments génériques ont été fabriqués.
Selon l’OMS, un médicament générique est un produit pharmaceutique interchangeable avec le produit de marque bio équivalent, et qui est généralement fabriqué sans licence de la compagnie détentrice du brevet. Il s’agit d’une copie qui peut être commercialisée lorsqu’il n’y a pas de brevet sur le produit de marque dans le pays, lorsque le brevet a expiré, lorsqu’il n’existe pas de législation protégeant la propriété intellectuelle ou lorsqu’une licence volontaire ou obligatoire a été accordée pour produire ou importer et vendre une version générique.

LIRE AUSSI:  Datation de la grossesse et prévention de la mortalité infantile: Le rôle de l’échographie

Eviter la confusion

Contrairement à un générique qui est un produit fabriqué en toute légalité et qui contient les mêmes principes actifs que le produit original qui en général n’est plus couvert par un brevet, les médicaments contrefaits n’offrent pas de garanties en matière de qualité, de sécurité et d’efficacité vu qu’ils sont contrefaits aussi bien au niveau de leur identité et de leur provenance. Les contrefaçons sont des produits emballés volontairement de façon à ressembler au produit original, sans en être. On peut aussi distinguer un produit de mauvaise qualité qui est un médicament qui ne satisfait pas aux normes prévues par les autorités de santé. C’est une question de contrôle de la qualité.
La confusion entretenue entre les génériques légitimes, les médicaments de mauvaise qualité et les copies illégales de produits originaux crée une situation de peur au niveau des populations qui par mégarde sont réticentes.
Les génériques sont habituellement moins chers que le produit original et jouent un rôle crucial dans la fourniture de médicaments essentiels aux populations pauvres.
Un médicament, quel qu’il soit, se compose d’un principe actif, responsable de ses effets thérapeutiques, et d’excipients qui le protègent et lui donnent sa forme pharmaceutique à savoir : comprimé, gélule, sirop ou solution injectable. Un médicament générique a la même composition en principe actif que son médicament de référence ou princeps.
Les génériques sont des médicaments comme les autres : ils sont sûrs et efficaces. Ils existaient déjà avant qu’on ne parle de génériques, et les patients en prenaient sans réticence. Le principal avantage des génériques est leur coût. La molécule ayant déjà été identifiée, étudiée sous toutes ses coutures, la constitution de la demande d’autorisation de vente coûte moins cher et le prix de vente du médicament s’en ressent.
L’OMS indique qu’en moyenne, le prix d’un générique est 30 % inférieur à celui de l’original. Dans la plupart des cas, l’arrivée de médicament générique pousse d’ailleurs le laboratoire commercialisant le princeps à aligner ses prix sur ceux des génériques.