Prévention de la malnutrition et sécurité alimentaire à Za-Kpota: Des intrants et kits d’élevage aux groupements de femmes

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun

Des vivres

Des groupements de femmes de dix villages de la commune de Za-kpota ont reçu, mardi 8 juin dernier, une quantité considérable d’intrants et de kits d’élevage, ceci dans le cadre de la prévention de la malnutrition et de la sécurité alimentaire. La cérémonie de remise du don s’est déroulée dans l’enceinte de la mairie en présence des responsables de la Fao et du ministère en charge de l’Agriculture et de l’Elevage.

LIRE AUSSI:  Réformes foncières en Afrique de l’Ouest: Protéger les petits exploitants agricoles pour garantir la sécurité alimentaire

C’est dans une ambiance festive que la cérémonie de remise s’est déroulée, ce mardi, à la mairie de Za-Kpota. Les femmes des différents groupements étaient en joie à la vue des lots dont elles sont bénéficiaires. Elles sont venues de dix villages de la commune de Za-kpota pour recevoir ces lots à elles offerts dans le cadre du programme de prévention de la malnutrition et de la sécurité alimentaire. Il s’agit des villages de Za-Hla, Ganhoua (Allahé), Mlinkpin-Guingni, Togadji (Kpakpame), Lokoli (Kpozoun), Sohoungo, Yohouè (Za-Tanta), Dètèkpa, Za-kékéré,
Za-Zounmè (Za-Kpota).
Cet important appui est constitué de 720 boîtes de semences de tomate, de 300 sacs d’engrais Npk, de 300 sacs d’engrais Urée, de 1,5 tonne de semences de maïs, de 2 400 plants de manguiers, de 600 plants de Moringa, du vaccin pour 1 200 têtes, de 300 coqs, de 900 poules, de trois tonnes de provende, de 300 lots de boutures de manioc.
A l’occasion, le premier adjoint au maire, Hospice Hononta, et les représentantes des bénéficiaires ont exprimé leur gratitude à la représentation de la Fao au Bénin ainsi qu’au gouvernement à travers le ministère en charge de l’Agriculture pour tous les efforts déployés dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.
L’élu local a saisi cette occasion pour présenter quelques contraintes qui entravent la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Il s’agit, selon Hospice Hononta, du problème de transhumance qui détruit les cultures vivrières et engendre des tensions, de la hausse des prix des produits vivriers, du changement climatique qui engendre la perturbation des saisons des pluies. La conséquence en est que la malnutrition s’installe dans les communautés.
Pour le chargé de programme de la Fao, Dr Jean Adanguidi, c’est en réponse à une requête d’assistance technique et financière que l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation a financé le Programme de prévention de la malnutrition et de la sécurité alimentaire dans la commune de Za-Kpota qui fait partie des trois zones de convergence des Nations Unies au Bénin. Il s’agit notamment des communes de Karimama et Malanville au Nord et de Za-Kpota au Sud. Et à Za-Kpota, fait-il observer, ce sont les villages qui ne sont pas pris en compte par les projets et programmes intervenant en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle qui ont été privilégiés. « C’est ainsi que nous avons pu identifier, à l’aide d’une approche participative impliquant les principales parties prenantes au niveau local, 300 femmes vulnérables évoluant dans 20 groupements dans dix villages », précise-t-il.
Après avoir témoigné sa gratitude à la Fao pour cet important appui aux ménages ciblés, le secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture, Innocent Togla, a insisté sur le but de ce programme qui est bel et bien de lutter contre la malnutrition pour améliorer l’état nutritionnel des groupes vulnérables. Puis, il assure qu’à terme, 300 ménages rigoureusement choisis et répartis dans dix villages de la commune de Zakpota seront impactés afin d’avoir un statut nutritionnel conforme aux normes recommandées.

LIRE AUSSI:  Dîner d’échanges et de partage :Roro terminal Bénin, davantage plus proche de sa clientèle pour mieux la servir