Prétendue suppression d’une mesure sociale: La gratuité de la césarienne toujours en vigueur

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun


Les informations faisant état de la suppression de la mesure de gratuité de la césarienne en vigueur au Bénin sont inexactes. Une telle option n’a jamais été envisagée par le gouvernement, a laissé entendre la directrice de l’Agence en charge de l’exécution de cette mesure sociale, jeudi 2 juin au cours d’un point de presse.

LIRE AUSSI:  L’Oms et l’Unicef lancent un avertissement sur le recul de la vaccination pendant la Covid-19

Aucune initiative n’a été prise dans le sens de la suppression de la gratuité de la césarienne. Dr Raïssatou Ami-Touré, directrice de l’Agence nationale de gestion de la gratuité de la césarienne (Angc) face aux médias jeudi 2 mai pour un point de presse s’est plainte d’«informations erronées distillées dans l’opinion publique» et qui évoquent «une prétendue suppression de la gratuité de la césarienne». Selon ses explications, il s’agit d’une «décision qui n’a jamais été prise ni envisagée par le gouvernement». Bien au contraire, indique-t-elle, «le gouvernement du président Patrice Talon compte plutôt poursuivre la mesure de gratuité de la césarienne» et cela est «d’ailleurs bien inscrit dans son programme de société à l’instar de bien d’autres questions sociales auxquelles il attache de prix». Elle en a profité pour rassurer les populations et les femmes en particulier ainsi que les responsables d’hôpitaux agréés aussi bien publics que privés, «qu’aucune suppression de cette mesure salvatrice n’est nullement envisagée».

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de lutte contre le Sida: Claudine Talon et l’Onusida pour une génération non infectée

Et s’il subsiste actuellement quelques difficultés, notamment le non-paiement des redevances de l’agence au titre du dernier trimestre 2015 aux hôpitaux agréés, cela est liée, selon la directrice de l’Angc à d’autres contraintes budgétaires. Mais, assure-t-elle, «tout est mis en place afin que dans les jours à venir, ces hôpitaux soient remboursés». Pour ce qui est de l’appui du gouvernement, il est total, certifie Dr Raïssatou Ami-Touré pour qui, l’Exécutif est plutôt prêt «à assumer toutes les exigences liées à la gratuité de la césarienne tout au long de son quinquennat».
Pour rappel, la mesure de gratuité de la césarienne est mise en application depuis le 1er avril 2009 et consiste, pour l’Etat béninois, à payer un montant de 100 000 FCFA aux hôpitaux agréés pour chaque césarienne réalisée aux femmes dans le cadre de cette politique de gratuité. 48 hôpitaux sont agréés sur toute l’étendue du territoire national et depuis le début de l’initiative au 31 décembre 2015, 162 745 césariennes ont été réalisées. Au titre de l’exercice budgétaire 2016, le gouvernement a octroyé la somme de 2 900 000 000 FCFA à l’Ancg pour faire face aux charges des césariennes attendues.