Présidentielle du dimanche : Les observateurs aperçus dans 50 % des postes de vote

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


D’après la Plateforme électorale des Organisations de la société civile (Osc), la moitié des postes de vote ouverts hier dans le cadre de la présidentielle, ont reçu la visite de missions d’observation électorale nationales et ou internationales.

LIRE AUSSI:  Appel et internet à moindre coût: Mtn Bénin innove avec Go Packs et Maxi Bonus

« Selon les données de 1141 observateurs sur les 1470 déployés par la Plateforme, 50 % des postes de vote ont reçu la visite de missions d’observation nationales et ou internationales », signale Joël Atayi Guedegbe dans une déclaration lue, ce dimanche, au quartier général de la « Salle de situation électorale » à Cotonou.

La présidentielle du 11 avril dernier a mobilisé, sur le terrain, plusieurs groupes d’observateurs locaux et ceux venant des institutions africaines. Parmi les délégations étrangères, l’on note les missions d’observation électorale de l’Union africaine (Ua), de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao), du Conseil de l’entente (Ce), de la Communauté des États sahélo-sahariens (Cen-Sad), de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) et bien d’autres encore. Des Organisations non gouvernementales se sont également mobilisées pour cette cause.

Lors de sa rencontre de prise de contact avec les missions d’observateurs électoraux de l’Ua et de la Cen-Sad, samedi dernier, le ministre béninois des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, a indiqué que le Bénin s’est ouvert aux observateurs pour plus de transparence.

LIRE AUSSI:  Appel et internet à moindre coût: Mtn Bénin innove avec Go Packs et Maxi Bonus

C’est « parce que nous voulons de la transparence totale que nous avons accepté que des missions d’observation viennent dans notre pays », a déclaré le patron de la diplomatie béninoise. « Nous avons privilégié surtout des missions d’observation d’institutions africaines… Nous avons ouvert aussi à l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), la possibilité de venir observer. Mais nous nous sommes opposés à quelques regroupements (…) venant de divers pays non africains… », a-t-il poursuivi.

Rappelons que durant l’élection, deux observateurs de la Société civile ont été séquestrés. Ils ont été relâchés aux environs de 12 heures pour l’un et après 16 heures pour le second, renseigne la Plateforme électorales des Osc qui promet des chiffres sur le taux de participation, pour ce jour.