Présidentielle 2021:«Le Bénin en marche» sur l’échiquier politique

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Politique |   Commentaires: Aucun


Le paysage politique s’est enrichi d’un nouveau mouvement dénommé «?Le Bénin en marche?». Il est porté sur les fonts baptismaux, mercredi 2 décembre dernier à Cotonou, en présence d’un parterre d’acteurs politiques soutenant les actions du chef de l’État. Les réalisations du quinquennat ont été vantées à l’occasion, pour inciter les indécis à accorder un second mandat à Patrice Talon.

LIRE AUSSI:  Gestion des communes: La page Prd tournée dans l’Ouémé/Plateau

Le mouvement «?Le Bénin en marche?» a loué les actions du chef de l’État au cours de sa sortie officielle, mercredi 2 décembre à Cotonou. Ce nouveau creuset politique estime que le chef de l’État mérite, au regard des réalisations de son quinquennat, un second mandat.
C’est à cela que le mouvement «?Le Bénin en marche?» entend travailler avec ses militants, selon Joch Adanmado, président dudit mouvement. Ce mouvement compte convaincre les indécis, restaurer leur confiance ainsi que leur intérêt pour les enjeux électoraux. Le président de la République a fait de grandes réalisations en cinq ans qui suscitent l’admiration des membres du mouvement « Le Bénin en marche ».

« Il ne sera plus jamais dit au Bénin que la gouvernance se pratique avec de l’impréparation, de l’improvisation, de la propagande vide et vaine », a martelé Joch Adamado. Selon lui, désormais les actions sont menées, sur la base de programmes clairs et de plans d’action structurés avec pour objectif de « restructurer notre économie, d’améliorer le cadre de vie de chaque citoyen, de consolider les acquis démocratiques », a expliqué Jock Adanmado. Il souligne que chaque Béninois devrait s’identifier par rapport aux actions de développement entreprises par le président Talon, parce que cela relève du patriotisme, de l’amour pour le pays, du devoir de construction pour la postérité. Dès lors, il invite les citoyens à aller vers chaque couche sociale, notamment les femmes des marchés, les artisans, la jeunesse… pour leur dire que le Bénin est résolument en marche, et qu’il faut avancer. « Il n’y a rien de pire que de revenir en arrière », soutient-il avant de demander à faire en sorte que le niveau soit poussé tellement loin qu’après, plus personne n’ait la possibilité de faire moins.
Pour sa part, Hermann Atindéhou, secrétaire général du mouvement, note que depuis 2016, il y a un envol pour le développement. Il souhaite qu’en 2021, la réélection du chef de l’État soit une fête.

LIRE AUSSI:  Le nouveau Gouvernement reçoit l’avis consultatif du Parlement