Présentation de vœux de nouvel an à l’Uac : Les défis du recteur da Cruz pour 2020

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La communauté universitaire a présenté ses vœux de nouvel an au recteur de l’Université d’Abomey-
Calavi et son équipe, au cours d’une cérémonie fort simple, lundi 13 janvier dernier dans l’amphi Idriss Deby Itno. Une occasion pour les étudiants et le personnel administratif de présenter des doléances au recteur qui a rappelé ses défis pour la nouvelle année.

LIRE AUSSI:  Veille citoyenne: La cellule de Bohicon formée aux règles des marchés publics

L’année 2020 commence avec de belles perspectives à l’Université d’Abomey- Calavi. Au cours de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an, lundi 13 janvier dernier, Maxime da Cruz, recteur de l’Uac, a fait part à la communauté universitaire, des actions prévues pour la nouvelle année.
A ce titre, il a cité le renforcement académique, la poursuite de l’assurance qualité à travers la généralisation de l’auto-évaluation et la production des référentiels complémentaires, l’amélioration de la formation académique avec l’intégration des déterminants de l’employabilité, l’amélioration de la pédagogie initiale avec de nouveaux dispositifs. L’équipe rectorale envisage aussi la reprise de la formation pédagogique continue, le renforcement des dispositifs pour la recherche scientifique, la valorisation des résultats de recherche, l’accompagnement des unités de formation tant dans leurs structurations que dans leurs activités afin qu’elles fonctionnent selon les règles de la bonne gouvernance universitaire ainsi que prescrites par l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur. Le renforcement des services à la communauté, l’amélioration de la capacité de mobilisation de ressources additionnelles, la dynamisation de la coopération nationale et internationale, la construction d’un nouveau bâtiment administratif pour les services du rectorat, la réalisation de bancs publics… Selon le recteur, ces réalisations intègrent les différentes préoccupations des acteurs de la communauté universitaire.
Relativement à la suspension des élections dans les universités nationales du Bénin et à la fixation des quotas dans le cadre des reclassements après inscription aux différents concours d’aptitude du Cames, le recteur note qu’il y a nécessité d’assainir les mœurs dans une perspective d’amélioration continue. Il a souligné que l’Université étant publique, l’Etat a le plein droit de s’assurer que ses institutions d’enseignement supérieur fonctionnent selon ses visions et ses orientations. « Je vous rassure que mon équipe et moi continuons les négociations pour la normalisation de la situation. Alors cultivons le dialogue entre nous et avec toutes nos autorités de tutelle dans la confiance réciproque pour que les voix des uns et des autres contribuent à ramener l’assurance, la paix et la stabilité dans notre communauté afin de mieux assurer notre participation à la construction nationale», indique-t-il.

LIRE AUSSI:  Préparatifs du match Bénin # Zambie: Troisième séance d’entraînement pour les Ecureuils ce jour

Des vœux, des doléances

Répondant aux meilleurs vœux du personnel administratif représenté par Bruno Ahouangbégnon et de Nourou Ouinsavi, représentant des étudiants, le professeur Maxime da Cruz a réitéré ses vœux de bonne santé à toute la communauté universitaire. Cette dernière a pour souci, note-t-il, de voir une Uac prospère, rayonnante et au service de la communauté nationale, sous-régionale et internationale mais aussi une Uac qui favorise le développement personnel et l’épanouissement de chacun de ses membres. «Les vœux formulés sont chargés d’une énergie spirituelle et émotionnelle créatrice non seulement des valeurs morales mais aussi de toutes les dimensions de l’existence humaine et sociale, et ne sauraient manquer de réalisation. Y croire signifie travailler », a affirmé le recteur qui en a profité pour lever le voile sur ses réalisations en deux ans trois semaines et quatre jours de gestion. Ces réalisations visent, d’après lui, à faire de l’Uac un cadre adéquat de travail pour les enseignants, le personnel administratif et les étudiants et étudiantes qui se sentent intégrés au processus de construction en cours à l’Uac.
Ces derniers souhaitent le respect de l’arrêté 034/2013 portant fixation des frais de délivrance des actes administratifs, le repli des forces de sécurité présentes sur le campus en respect du principe de la franchise universitaire, la reprise des services sociaux… Pour le personnel administratif, le rectorat devra s’atteler à payer des primes, veiller sur la qualité des prestations des maisons d’assurance… Quant aux établissements universitaires, leur souhait est de voir ouvrir la vanne des recrutements d’enseignants, intensifier le plaidoyer pour la promotion des enseignants au grade de Cames, associer les chefs d’établissements à la prise de certaines décisions avant leur mise en application.